•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confrontation entre des policiers et des dizaines de personnes à Sherbrooke

Le bar Le Magog, à Sherbrooke.

C'est devant le bar Le Magog que la bagarre a éclaté.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Une intervention policière a mal tourné, dans la nuit de vendredi à samedi, sur la rue Wellington Sud à Sherbrooke. Selon le Service de police, un groupe d'individus a entravé le travail de policiers qui tentaient d'intervenir lors d'une bagarre.

Appelés vers 1 h du matin pour un début de bagarre devant le bar Le Magog, des agents du Service de police de Sherbrooke auraient été encerclés par une centaine de personnes.

Selon les policiers, des suspects ont notamment bousculé les patrouilleurs, lancé des objets en leur direction et endommagé des véhicules de police. Des feux d’artifice auraient été allumés, puis dirigés vers les agents. Forcés d'appeler des renforts, un policier et une policière ont subi des blessures mineures à la suite de cette agression.

Moi je suis arrivée au moment où le gars qui avait fait du trouble était par terre, avec trois policiers dessus, explique une témoin qui a filmé la scène, Azélie Desbois. Les autres policiers étaient autour, il y en avait deux avec des matraques et un avec un taser qui essayait de faire reculer les gens autour.

Selon cette témoin, une foule importante insultait les policiers en montrant du mécontentement envers la façon de gérer la bagarre.

« Il y a un policier en particulier qui est arrivé à toute vitesse, qui a sorti la matraque et s’est mis à fesser [sic] tout le monde qui n'avait aucun rapport [...], après ça il a foncé dans une fille. »

— Une citation de  Azélie Desbois, témoin.

Neuf personnes ont été arrêtées en lien avec l'affaire, dont trois pour agression armée envers des policiers et voies de fait. Parmi les individus interpelés, un homme de 25 ans a été détenu en prévision de sa comparution.

Le service de police prend très au sérieux ces événements et ne tolérera aucune forme de violence, quelle qu’elle soit, envers la population et ses policiers. Déjà, des actions avaient été prises dans les dernières semaines afin d’augmenter le sentiment de sécurité au centre-ville. Celles-ci seront accentuées dès cette semaine, a écrit dans un communiqué le relationniste du SPS, Benoît Pellerin.

D'autres accusations pourraient être portées ultérieurement, à la lumière de ce que l'enquête révèlera.

Le Service de police de Sherbrooke a refusé d'accorder une entrevue à ce sujet dimanche, assurant que le point serait fait lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...