•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de Calgary veut augmenter la diversité au sein de son corps professoral

Université de Calgary.

Selon un rapport sur l’équité, la diversité et l’inclusion produit en 2021, les femmes, les Autochtones, les personnes racisées et les personnes handicapées sont sous-représentés dans le corps professoral de la plupart des facultés de l'Université de Calgary.

Photo : Université de Calgary

Radio-Canada

L’Université de Calgary veut profiter d’une vague d’embauche prévue au cours des trois prochaines années pour diversifier son corps professoral.

L’établissement prévoit ainsi recruter 45 nouveaux professeurs en misant sur des groupes sous-représentés, comme les femmes, les Autochtones, les personnes racialisées et les personnes handicapées.

L’initiative fait suite à la rédaction d’un rapport sur l’équité, la diversité et l’inclusion, en 2021, qui souligne un manque de professeurs issus de ces groupes au sein de pratiquement toutes les facultés.

Pour le bien des étudiants autant que des enseignants, dit l’établissement

Selon la vice-rectrice et vice-présidente adjointe à la recherche au Bureau d’équité, de diversité et d’inclusion de l’Université de Calgary, Malinda Smith, la diversification des membres du corps professoral profitera aux étudiants.

L’établissement espère ainsi permettre aux étudiants d’accéder au savoir et de se reconnaître dans leurs professeurs, souligne-t-elle. C’est une transformation audacieuse et visionnaire. C’est exactement ce dont a besoin en ce moment.

Elle rappelle en outre que l’Alberta a une population aux origines diverses et que les enseignants de l’Université de Calgary devraient refléter cette diversité.

Le doyen de l’École d’ingénierie Schulich, Bill Rosenhart, y voit aussi un moyen de poursuivre la mission de l’établissement en matière d’innovation. Ça dit clairement au reste du pays que l’Université de Calgary s’engage à favoriser l’inclusion, la diversité et l’engagement des Autochtones, note-t-il.

Les responsables du projet espèrent qu’il fera boule de neige dans d’autres établissements d’enseignement. Nous ne sommes pas les premiers [à faire ce pari], mais je dirais que nous le faisons avec une approche plus transparente, plus inclusive et qui comporte un plus haut niveau d’imputabilité, croit Malinda Smith.

Ce programme nous permet de rehausser le niveau [que vise] l’Université de Calgary et d’avoir un effet positif sur la communauté, conclut Bill Rosenhart.

Avec les informations de Tom Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...