•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre de soins palliatifs pour enfants ferme ses portes temporairement à Calgary

Jeff Presswood tient son fils Cache dans ses bras.

Jeff Preswood s'occupe de son fils Cache depuis maintenant 14 ans.

Photo : Radio-Canada / Anne Levasseur

Services de santé Alberta (AHS) va interrompre les services d’un centre de soins palliatifs pour enfants à Calgary, le Rotary Flames House, afin de redéployer son personnel à l’Hôpital pour enfants de l’Alberta pour répondre à la recrudescence de virus respiratoires aux urgences.

Le centre, qui doit fermer le 6 décembre, donne des soins palliatifs et de fin de vie à des enfants ainsi que des soins de répit aux parents.

Ces soins seront désormais donnés à l’Hôpital pour enfants de l'Alberta.

Cela fait près de 14 ans que Jeff Presswood s’occupe sans relâche de son enfant lourdement handicapé. Alors que sa femme travaille, M. Presswood passe ses journées à s'occuper de leur fils.

Il s’appuyait sur la Rotary Flames House pour souffler un peu de temps à autre : Mon fils est lourdement handicapé, il est aveugle, sourd d’une oreille, il ne parle pas et il a besoin d’une sonde pour s’alimenter.

Le choc a précédé la tristesse et la frustration pour le père de famille lorsqu’il a appris la nouvelle que Services de santé Alberta fermait les portes du centre pour une période indéterminée.

Je m’occupe de mon fils, et j’ai besoin d’un temps pour me reposer. Le centre me procure un temps d’arrêt tout en sachant que notre fils est en sécurité, dit-il.

« J’adore m’occuper de mon fils, j’en tire une grande fierté, et il nous manque quand il n’est pas ici, on va même le visiter quand il est à la Rotary Flames House. Mais on a besoin du centre. »

— Une citation de  Jeff Presswood

Jeff Presswood s’explique mal que le système de santé en soit rendu à fermer un centre de soins palliatifs pour enfants pour seconder les urgences à l'Hôpital pour enfants.

C’est difficile d’accepter qu’on se retrouve dans une situation où l'on doit retirer des infirmières auprès des personnes les plus fragiles de la société et qu’on doive les redéployer ailleurs dans le système de santé, souligne Jeff Presswood.

Selon lui, la situation aurait pu être évitée si la province encourageait davantage la vaccination chez les jeunes : J’ai 56 ans. On faisait tous la queue à l’école pour se faire vacciner quand j’étais enfant. Personne n’a jamais remis ça en question. Les vaccins contre la grippe existent depuis des années.

Pourquoi remettons-nous ces choses en question aujourd’hui?, se questionne-t-il.

Façade de l'Hôpital pour enfants de l'Alberta, à Calgary, en septembre 2021.

L'Hôpital pour enfants de l'Alberta à Calgary

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

En date du 26 novembre, un peu plus de 13 % des enfants de moins de 14 ans sont vaccinés contre la grippe en Alberta, selon les données de la province.

Dans le cas de la COVID-19, pour le même groupe d’âge, 46 % des enfants ont reçu au moins deux doses de vaccin.

Une décision difficile

Services de santé Alberta explique dans un communiqué de presse que la décision, malgré sa difficulté, devait être prise pour assurer que les patients aux urgences puissent bénéficier de soins adéquats.

Avec la flambée des virus respiratoires dans la communauté, l’Hôpital pour enfants fait face à un volume élevé et soutenu de patients gravement malades nécessitant des soins dans nos services d'urgence, nos unités de soins intensifs pédiatriques et nos unités de soins aux patients hospitalisés, peut-on lire.

AHS précise qu’ils feront de leur mieux pour reprendre les services [offerts à la Rotary Flames House] dès que possible : Nous vivons des moments extraordinaires.

La semaine dernière, l'Hôpital pour enfants de l'Alberta a installé une remorque chauffée dans le stationnement de l’établissement pour répondre au débordement de la salle d’attente. Tout cela en raison de l’augmentation du nombre de jeunes qui passent par l’hôpital en raison de l'augmentation des virus respiratoires, dont la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...