•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une transmission accrue de virus respiratoires au Yukon

Une main tient une dose d'un vaccin et y insère l'aiguille.

La médecin hygiéniste en chef du Yukon encourage la population à se faire vacciner contre la grippe et la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Les virus respiratoires sont à l’origine d’un taux élevé d’infection et de maladie au Yukon et, selon le médecin hygiéniste en chef du territoire, le Dr Sudit Ranade, la transmission devrait prendre des semaines avant de ralentir.

Plusieurs cas de grippe, de COVID-19 et de virus respiratoire syncytial (VRS) circulent actuellement dans la communauté, affirme-t-il en ajoutant que les données recueillies par le système de santé sont en deçà de la réalité, puisque peu de gens subissent un test de dépistage.

L'Hôpital général de Whitehorse en hiver.

Le vendredi 2 décembre, l'Hôpital général de Whitehorse indiquait avoir très peu de lits encore disponibles pour accueillir des malades.

Photo : Radio-Canada

Il indique cependant que la transmission est assez évidente, considérant le nombre de Yukonnais qui a dû rester à la maison en raison de la maladie au cours des dernières semaines.

Nous n'en sommes qu’au début [...] alors que d’autres juridictions ont déjà atteint un sommet des infections et que la situation commence à se résorber, ici elle ne fait que commencer, dit-il.

Dans un courriel, le porte-parole de la régie des hôpitaux du Yukon, Isaac MacDonald, indique que l’hôpital général de Whitehorse a enregistré un nombre accru de personnes qui se présentent avec des symptômes associés à la grippe. La régie s’attend d’ailleurs à une saison grippale très importante.

Le médecin hygiéniste en chef assure que le système de santé demeure stable, mais qu’il est trop tôt pour savoir si cette vague de transmission ajoutera de la pression sur le réseau.

Ça dépend de la proportion de personnes qui ne sont pas seulement malades, mais qui développent des symptômes assez graves pour nécessiter plus de soins, souligne-t-il.

Impact dans les écoles du territoire

L’Association des professionnels de l’éducation du Yukon affirme que les écoles ont été fortement touchées par la transmission des virus dans la communauté.

Le ministère de l’Éducation indique, de son côté, qu’une moyenne de 23 % des élèves était absente des salles de classe au cours des deux premières semaines de novembre et près de 7 % des enseignants étaient également absent. Ces données reflètent cependant l’ensemble des absences, pas uniquement celles qui sont liées aux maladies.

Un couloir vide avec des casiers dans une école.

Dans certaines écoles, de 30 % à 40 % des élèves manquaient par classe.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Il s’agit d’un nombre comparable à celui de l’année dernière, mais d’une augmentation d’un peu moins de 10 % comparativement à la même période en 2019.

Selon le président de l’Association, Ted Hupé, certaines classes ont toutefois été touchées plus durement, avec un taux d'absentéisme frôlant les 30 % ou 40 %.

Le Dr Ranade encourage d’ailleurs la population à se faire vacciner contre la grippe et la COVID-19 et à rester à la maison lorsque c’est possible ou à porter un masque lorsque des symptômes apparaissent.

En nous immunisant, nous réduisons les risques, rappelle-t-il.

Avec les informations de Leslie Amminson

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...