•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petites entreprises étouffées par les tarifs de Postes Canada

Pancarte de Postes Canada devant une succursale.

Postes Canada ajoute un supplément de taxes pour carburant pour ses services de livraison de colis, ce qui augmente considérablement les frais pour les expéditeurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Des artisans et propriétaires de petites entreprises de la Gaspésie craignent que l’augmentation des frais de Postes Canada pour l'expédition de colis accentue leur précarité.

Le service postal leur impose une surcharge pour compenser le coût de l’essence. Dans certains cas, ces frais approchent les 40 % de la facture.

Déjà fragilisés par la pandémie, ces artisans et entrepreneurs s'estiment désavantagés face à la compétition féroce des grandes entreprises qui offrent des articles sans frais de livraison.

Ils demandent à Ottawa de trouver des solutions pour assurer une saine compétition avec les grandes entreprises qui offrent les cadeaux de Noël sans frais de livraison. 

Parmi eux, Fannie Desmarais vend des objets avec ses illustrations. Elle constate qu’il lui en coûte de plus en plus cher pour envoyer ses colis par Postes Canada. Par exemple, une tasse qu’elle vend 22 $ coûtera 46 $ avec les frais d'expédition. Pour elle, c’est beaucoup trop cher.

Une jolie tasse artisanale.

Fannie Desmarais vend cette tasse 22 $. Récemment, les frais postaux se sont élevés à 23 $. La tasse revient donc à 46 $ pour le client.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

J’ai retiré toutes mes tasses de ma boutique en ligne parce que pour le moment je ne peux pas les vendre à ce prix-là, déplore-t-elle.

« J’ai l’impression d’être impuissante. Postes Canada c’est fédéral. C’est supposé être là pour nous rendre service, mais ce service n’est pas abordable. »

— Une citation de  Fannie Desmarais, artisane

À la recherche de solutions

Le dilemme est le même pour plusieurs artisans gaspésiens. On essaie de trouver des solutions pour ça, mais il n’y en a pas tant que ça, étant donné qu’on est en région éloignée, explique la copropriétaire de l’entreprise Projet Sequoia, Sarah L’Italien.

La présidente de la Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie, Paule Ménard-Pelletier, fait le même constat. J’ai des membres pour qui envoyer un colis à Montréal ou à Grande-Rivière c’est le même prix sinon plus cher pour Grande-Rivière, dit-elle. Il faut qu’on réussisse à trouver des solutions.

Une proposition provenant du Nouveau parti démocratique (NPD) demande que le gouvernement Trudeau force Postes Canada à annuler la surcharge demandée pour le carburant durant la période des Fêtes.

De son côté, la députée bloquiste Kristina Michaud juge insensé d’ajouter une charge sur les petites entreprises. Ensuite, dit-elle, ça ajoute une charge aux consommateurs, aux gens de chez nous qui veulent encourager les entreprises d'ici.

Kristina Michaud en Chambre durant la période des questions.

 Ottawa, ONTARIO, le 15 February, 2022. 

© HOC-CDC
Credit: Bernard Thibodeau, House of Commons Photo Services

La députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, Kristina Michaud juge que cette charge supplémentaire lèse les commerçants de la région (photo d'archives).

Photo : bernard thibodeau, hoc-cdc, 202 / Bernard Thibodeau

Elle se dit en accord avec la solution proposée par le NPD, mais rappelle que Postes Canada se trouve en situation financière difficile puisqu’elle est sous-financée depuis plusieurs années, selon elle. Qu’on compense autrement, qu’on subventionne davantage l’organisation, suggère-t-elle.

Des entreprises fragiles

Pour sa part, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante rappelle l’importance des services de Postes Canada pour les petites et moyennes entreprises (PME)

Les PME utilisent abondamment les services de Postes Canada, encore dans un contexte où il y a beaucoup d'entreprises qui veulent faire un virage numérique et vendre davantage leurs produits en ligne, souligne le vice-président aux affaires nationales à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Jasmin Guénette. 

On l'a vu là avec la pandémie, l'importance de pouvoir rejoindre sa clientèle en ligne, puis pouvoir livrer aux clients directement à la maison ce qu'ils ont acheté, ajoute-t-il.

Selon lui, presque 60 % des PME ont une dette pandémique. On a des entreprises très endettées, qui n’ont pas retrouvé le chiffre d'affaires qu'elles avaient avant la pandémie, mentionne-t-il.

Fannie Desmarais.

L'artisane Fannie Desmarais s'est résignée à offrir de petits cadeaux qui se glissent dans une enveloppe pour limiter les frais de transport, le temps que son volume de vente soit assez important pour avoir un impact sur son prix de livraison.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les PME se butent également aux problèmes de chaînes d'approvisionnement qui ont fait augmenter les coûts.

La Fédération demande à Ottawa de geler les frais imposés aux entreprises comme l’assurance-emploi ou le Régime de pensions de vieillesse.

Comme on dit en bon québécois, ça donnerait un brake aux PME qui ont de la difficulté à composer avec toutes ces augmentations, fait valoir Jasmin Guénette.

Questionnée sur les frais postaux, dont la surcharge du carburant, la direction de Postes Canada dit s'efforcer de refléter les tarifs actuels basés sur le prix moyen du carburant.

D’après le reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...