•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La plus grande COP sur la biodiversité jamais organisée » débute mardi à Montréal

Les négociations doivent mener, le 19 décembre, à l'adoption du Cadre mondial de la biodiversité pour la décennie 2020-2030.

Une travailleuse montée dans un échafaudage, au Palais des congrès de Montréal, devant une murale annonçant la COP15 sur la biodiversité.

Une travailleuse s'affaire à la préparation de la Conférence des parties sur la biodiversité (COP15) qui s'ouvrira mardi à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, participeront mardi à Montréal aux cérémonies d'ouverture de la COP15, qui réunira des délégués de 196 pays.

Il y a un mois, une porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait indiqué que 10 000 personnes étaient attendues à la Conférence des parties (COP15) sur la biodiversité à Montréal.

Mais selon des fonctionnaires d'Environnement et Changement climatique Canada, on estime maintenant à 20 000 le nombre de participants au sommet qui débute dans les prochains jours au Palais des congrès.

Lors d'un breffage technique à l'intention des médias, une représentante du gouvernement canadien a indiqué que ce sera la plus grande COP sur la biodiversité jamais organisée.

À titre d'exemple, seulement 4000 délégués ont participé à la récente COP sur les changements climatiques de Charm el-Cheikh, en Égypte.

Des participants de différents pays étaient déjà présents au Palais des congrès vendredi avant-midi et des réunions à huis clos sont prévues durant le week-end.

Quatre personnes devant une murale dans le Palais des congrès.

Des membres de la délégation chinoise devant les installations du pavillon de la Chine, pays qui préside la COP15 sur la biodiversité. L'événement a lieu à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La COP débutera officiellement mardi après-midi lorsque le premier ministre Justin Trudeau, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, le chef de la nation des Onondaga, Tadodaho Sid Hill, et le ministre de l'Environnement de la Chine, Huang Runqui, prononceront les discours d'ouverture.

Rappelons que le Canada est le pays hôte, mais que la Chine préside l'événement, qui devait avoir lieu à Kunming et qui a été déplacé à Montréal en raison de règles sanitaires et de confinement à répétition des grandes villes chinoises.

Illustration d'un

Longues négociations en vue

Malgré certaines tensions diplomatiques entre Pékin et Ottawa, les délégations de chaque pays devront collaborer et travailler de concert pour planifier les journées de négociations qui devront aboutir, le 19 décembre, à l'adoption du Cadre mondial de la biodiversité pour la décennie 2020-2030.

L'un des principaux objectifs de cette COP est que les 196 pays arrivent à une entente pour stopper le déclin de la biodiversité en protégeant 30 % des terres et des océans d'ici 2030.

Des morceaux de la Terre en carton et de charbon éparpillés au sol, tandis qu'on voit à l'arrière les jambes d'une personne en pantalon et une banderole portant un signe «non à la COP15».

Des étudiants portant costumes et cravates ont détruit symboliquement une planète Terre contenant des morceaux de charbon, vendredi, à Montréal, à quelques jours du début de la COP15, pour dénoncer ce qu'ils appellent la « marchandisation du vivant ».

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Les négociations s'annoncent difficiles, de l'aveu d'une fonctionnaire d'Environnement et Changement climatique Canada, qui s'attend à passer des nuits au Palais des congrès.

Cette fonctionnaire, qu'on ne peut identifier, a tout de même indiqué qu'elle était très optimiste et que le grand nombre de participants à l'événement donne de l'espoir, car c'est un signal de l'intérêt pour la biodiversité et la reconnaissance de l'ampleur de la crise.

Un million d'espèces végétales et animales sont menacées d'extinction et les espèces s'éteignent 1000 fois plus vite qu'à leur rythme naturel, en raison des actions des humains, selon la Convention sur la diversité biologique (CDB).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...