•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rimouski rejette le projet d’une maison des jeunes au parc Lepage

Une petite maison de brique non rénovée entourée d'une clôture grillagée et de conifères.

Le conseil municipal de la Ville de Rimouski a jugé que transformer la maison du gardien en maison des jeunes ne coïncidait pas avec la vocation du parc Lepage.

Photo : Radio-Canada

Perrine Bullant

Un groupe de citoyens avait proposé que l’ancienne maison du gardien du parc Ernest-Lepage à Rimouski, soit transformée en maison des jeunes. La proposition a été rejetée par les élus municipaux.

La Ville de Rimouski considère, après analyse, que la maison du gardien devra être déménagée ou détruite.

Les citoyens estimaient que le bâtiment, actuellement inhabité, pouvait devenir un lieu de rassemblement idéal pour les jeunes, dans ce parc où les bagarres font la manchette ces dernières années.

Selon le maire de Rimouski, Guy Caron, le conseil municipal juge que la maison du gardien ne correspond pas à la vocation de contemplation et d’interprétation, déterminée dans le Plan directeur des parcs et espaces verts de la Ville. Pour le maire, le parc doit être un lieu où la population peut se reconnecter avec la nature.

En entrevue à l'émission Même fréquence, le maire ajoute que la Ville tentera prochainement de trouver une personne ou un groupe pour acquérir le bâtiment afin de le déménager. Autrement, la maison sera détruite.

La Ville de Rimouski n'avait pourtant pas fermé la porte en mai dernier, lorsque le groupe de citoyens avait proposé que le bâtiment soit converti en maison des jeunes. Le maire avait même réclamé la constitution d'un plan financier pour déterminer la viabilité du projet.

La déception est vive

« On a donné de faux espoirs à nos jeunes. »

— Une citation de  Chantale Marin, citoyenne à l'initiative de la création de la Maison des Jeunes du parc Ernest Lepage
Chantale Marin répond aux questions du journaliste.

Une citoyenne, Chantale Marin, estimait que l’occupation du parc Ernest-Lepage était une des solutions à envisager pour endiguer les problèmes de violence dans le parc.

Photo : Radio-Canada

Chantale Marin déplore la décision de la Ville. Elle estime que l’occupation des lieux serait une des solutions à envisager pour endiguer les problèmes de violence dans le parc.

Selon elle, les bagarres à répétition témoignent d'un gros besoin d’accompagnement auprès des jeunes. En outre, elle précise que le projet avait séduit le conseil étudiant de l'école secondaire du Paul-Hubert.

Les jeunes étaient enchantés par le projet et ils disaient que c’était le meilleur endroit pour eux, c’était proche, contrairement aux autres maisons des jeunes, pour l’heure du dîner, rapporte Chantale Marin.

Les trois autres maisons des jeunes de la ville se situent au Bic, à Pointe-au-Père et sur la rue Sainte-Anne à Rimouski.

L’occupation du parc, pourtant réclamée par la Ville

Des caméras de surveillance ont été installées et certaines zones du parc restreintes pendant l’heure du dîner en septembre dernier, dans la foulée du plan d’action de la Ville.

En parallèle, l’organisme à but non lucratif, la Maison des jeunes du parc Ernest-Lepage, a été fondé par le comité de citoyens dont fait partie Chantale Marin. Il propose depuis septembre des activités telles que des dîners-causerie, des cours d’autodéfense et des cours de sports pour les adolescents.

Les activités qui sont proposées par le groupe de madame Marin sont les bienvenues, assure Guy Caron. On est réceptif à donner un coup de main pour qu'elles puissent être organisées dans le parc Ernest-Lepage, mais pour une maison physique là-bas, je pense qu’il y a d’autres possibilités que la maison du gardien.

La mairie encourage l’organisme à poursuivre ses activités en louant, par exemple, le centre communautaire de Saint-Robert.

D'après les informations de Denis Leduc

La promotrice de la Maison des jeunes au parc Lepage ne baisse pas les bras

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Même fréquence

Même Fréquence émission Première Maude Rivard ICI Première

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...