•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception face à la démolition d’un bâtiment patrimonial au Manoir Papineau

La maison de thé du Manoir Papineau à l'époque contemporaine.

Un pavillon de thé protégé sur le plan patrimonial au Manoir Papineau en Outaouais a été récemment détruit par Parcs Canada, à la déception du milieu.

Photo : Gracieuseté : Action Patrimoine

Radio-Canada

Déception et incompréhension autour de la démolition d’un bâtiment historique dans le domaine du Manoir Papineau, aux abords de la rivière des Outaouais. Parcs Canada a procédé récemment au démantèlement d’un pavillon de thé sur le domaine près de Montebello, le tout, sans consultation avec le milieu.

Les acteurs du milieu sont d’autant plus médusés que le bâtiment était protégé en vertu de la loi.

On a fait fi de cette protection, déplore Michel Prévost, président de la Société d’histoire de l’Outaouais. On vient de briser l’intégrité patrimoniale de tout le domaine seigneurial de Louis-Joseph Papineau.

L’immeuble en question est plus que centenaire. Au fil des ans, il a été modifié pour remplir des fonctions différentes.

Sous Louis-Joseph Papineau, c’était un pigeonnier. Sous son fils, en 1887, c’était une serre, et finalement, depuis 1910, c’était un pavillon de thé, poursuit M. Prévost.

Le pavillon de thé du Manoir Papineau vers 1915.

Le pavillon de thé du Manoir Papineau vers 1915.

Photo : Gracieuseté : Action Patrimoine

Selon son récit, Parcs Canada n’a prévenu qu’à la dernière minute les organismes de patrimoine de la région. En fait, je pense qu’on n’a pas voulu que la communauté du patrimoine se mobilise pour protéger ce bâtiment, ajoute l’historien.

« Quel message on envoie? Si le gouvernement canadien n’entretient plus des bâtiments qui sont protégés, imaginez-vous le message qu’on envoie aux promoteurs.  »

— Une citation de  Michel Prévost, président de la Société d'histoire de l'Outaouais

Michel Prévost soutient que ce bâtiment était l’un des derniers au Québec qui témoigne de la vie seigneuriale bourgeoise. Je pense que c’était le seul, soutient-il.

Parcs Canada invoque le derecho du mois de mai

Dans une réponse écrite envoyée à Radio-Canada en fin de journée vendredi, Parcs Canada s'est défendu en invoquant les dommages causés par le derecho du 21 mai dernier. La chute de deux arbres a causé d’importants dommages au bâtiment et au muret soutenant le terrain attenant.

L’instabilité du pavillon de thé et du muret entraînait un risque important d’effondrement nécessitant une action rapide, peut-on lire.

C'est ainsi que le bâtiment a été détruit le 1 er novembre dernier. Dans l’urgence, Parcs Canada a communiqué avec les intervenants du milieu afin de les informer de la situation.

Le Manoir Papineau

Parcs Canada dit avoir investi près de 6 millions de dollars dans la préservation de différents bâtiments sur le domaine dans les cinq dernières années.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Parcs Canada soutient avoir investi 5,9 M $ sur le domaine dans les cinq dernières années pour préserver les bâtiments les plus évocateurs.

L'organisme fédéral invitera les principaux intervenants du milieu à collaborer pour la mise en valeur du cap Bonsecours et la commémoration du pavillon de thé, conclut-il.

Un morceau du patrimoine de notre région a disparu à Montebello. Le pavillon de thé, qui était situé juste à côté du Manoir Papineau, a été démoli il y a quelques semaines par l'agence fédérale Parcs Canada, qui est gestionnaire du lieu. Les historiens et défenseurs du patrimoine se disent sous le choc. Fiona Collienne nous en dit plus.

La condition du bâtiment était connue, selon Action Patrimoine

L’organisme Action Patrimoine, qui défend le patrimoine bâti à l’échelle du Québec, s’est montré tout aussi étonné de la démolition du pavillon de thé.

On reconnaît que Parcs Canada est un excellent gestionnaire de son patrimoine, mais dans ce cas-ci, on se demande si la valeur du site n’aurait pas nécessité une plus grande consultation avec le milieu, avance Félix Rousseau, Agent avis et prises de position pour Action Patrimoine.

Les fondations du pavillon de thé entouré d'une clôture

Seule la fondation de brique a été préservée.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

On savait depuis plusieurs années que des travaux étaient nécessaires, poursuit-il, enchaînant que des consultations avec le milieu auraient sûrement démontré un intérêt de certains organismes à collaborer dans sa préservation.

M. Rousseau espère maintenant qu’un organisme de consultation en bonne et due forme sera mis en œuvre pour déterminer l’avenir du site. Il note que le bâtiment a été démantelé et non démoli, question de récupérer les matériaux.

On espère que le processus menant à la commémoration du lieu sera fait en collaboration avec la population et le milieu local, conclut-il.

Avec les informations de Fiona Collienne et Mohamed Tiéné

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...