•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire du vélo en hiver : les conseils des experts

Le responsable junior travaille sur un vélo.

Nicolas Sanchez assure l'entretien des vélos à l'atelier du magasin Décathlon à Dartmouth.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Le coût de l'essence et les préoccupations environnementales poussent de nombreux Canadiens à choisir de se déplacer à vélo, y compris quand la température tombe bien en dessous de zéro. À Halifax, en Nouvelle-Écosse, les magasins sont assaillis de questions de leurs clients dès l'arrivée de l'hiver. Voici leurs conseils.

Se protéger de l'humidité

Si on commence à avoir les doigts qui s'ankylosent à cause du froid, on va avoir du mal à utiliser les freins, prévient David Lacombe, directeur en formation du magasin Décathlon de Dartmouth. Il conseille donc de porter des sur-gants pour faire barrage à l'humidité.

La résidente d'Halifax est vêtue d'un manteau d'hiver et enfourche son vélo.

Natalie Chavarie s'apprête à partir au travail.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Natalie Chavarie, qui parcourt cinq kilomètres chaque matin pour se rendre au travail, porte ce qu'elle appelle une coque, soit un manteau imperméable, par-dessus ses vêtements de vélo et ses vêtements de travail.

Comme quand on va patiner, les premières 15 minutes, c'est frette, tu frissonnes, mais une fois que tu commences à bouger, c'est vraiment agréable, dit-elle.

L'ennemi numéro 1 : le sel

L'hiver, les routes sont couvertes de sel pour prévenir la glace. S'il permet de continuer de faire du vélo par températures négatives, le sel attaque les composants métalliques tels que la chaîne.

Le responsable junior vérifie l'alignement de l'arrière d'un vélo.

Nicolas Sanchez prépare, entre autres, les vélos de ses clients pour l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Le responsable junior de l'atelier vélo de Decathlon Dartmouth, Nicolas Sanchez, conseille donc de nettoyer son vélo avec du savon et de bien le sécher avant de l'entreposer. Il faut aussi graisser la chaîne plus souvent.

Et ceux qui roulent régulièrement doivent envisager de se procurer un vélo d'hiver.

Le mulet

Un mulet, c'est un petit vélo d'hiver, qui est un peu plus robuste, qui va être équipé avec des jantes un peu plus larges de façon à avoir des pneus plus épais, explique Nicolas Sanchez.

Peu importe la marque ou le type de vélo, l'important est la sécurité, selon lui.

David Lacombe montre une veste de vélo.

Pour David Lacombe, il faut allier la protection contre le froid et la visibilité.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Sur ces pneus-là plus épais, on peut descendre un peu en pression, ce qui fait que le contact avec le sol sera plus large, donc plus confortable et plus [d'adhérence].

Jenna Molenaar, propriétaire d'Halifax Cycles, vend beaucoup de lubrifiants et de produits anti-rouille durant l'hiver. Elle conseille aussi à ses clients de remplacer les pièces les plus corrodées.

Les pneus cloutés pour les situations extrêmes

Natalie Chavarie reconnaît que sa limite en tant que cycliste, c'est le verglas. Elle a ainsi acheté des pneus cloutés qui permettent de rouler sur la glace.

Le propriétaire de Long Alley Bikes, Paul Rogers, estime toutefois que les pneus cloutés sont peu nécessaires à Halifax, où les jours de grand verglas sont rares. Il rappelle que le contact direct avec l'asphalte les abîme.

Une camionnette, une cycliste et une piétonne descendent en même temps la rue Windsor.

Les hivers à Halifax restent doux, comparés au reste du Canada.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

De même, les vendeurs ne conseillent d'acheter un vélo à pneus surdimensionnés que pour un usage récréatif sur des chemins enneigés.

Des pistes cyclables peu accessibles

Les vendeurs de vélos regrettent que les pistes cyclables d'Halifax restent ensevelies sous la neige bien après la chute des premiers flocons.

Les pistes cyclables ne sont pas déneigées pendant des jours, puis elles gèlent, dénonce Jon Wedlock, technicien en chef à Cyclesmith.

« J'aimerais voir des pistes cyclables qui sont plus accessibles à tous. »

— Une citation de  Natalie Chavarie, cycliste à Halifax

Pour Jenna Molenaar, le marché du vélo d'hiver est pourtant grandissant.

Il y a cinq ans, il fallait être créatif pour attirer les clients, témoigne-t-elle. Or, depuis le début de la pandémie, elle estime que la fréquentation de son magasin a triplé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...