•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto a enregistré quatre fois plus d’heures de brouillard que la moyenne en novembre

Un épais brouillard flotte sur l'ouest de Toronto.

Au total, 86 arrivées et départs d'avions ont été affectés durant les jours de brouillard à l'aéroport Billy Bishop de Toronto en novembre.

Photo : Radio-Canada / Patrick Morrell

En moyenne, le mois de novembre compte une dizaine d’heures de brouillard à Toronto comme ailleurs en Ontario. Mais cette année, quatre fois plus d’heures de brume ont été enregistrées dans la province.

À Toronto, nous avons calculé qu’au mois de novembre, il y a eu 40 heures de brouillard, indique Peter Kimbell, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada.

« Depuis les 30 dernières années, chaque mois de novembre, il y a eu à peu près 10 heures de brouillard, donc on a eu plus que la normale au mois de novembre [2022]. »

— Une citation de  Peter Kimbell, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada

En effet, l'agence météorologique a émis plusieurs alertes durant le mois de novembre en raison des nappes de brouillard qui pouvaient occasionner une visibilité quasi nulle et des conditions de conduite dangereuses. Je parle d’une visibilité réduite à moins de 1 km, précise M. Kimbell.

Vue aérienne sur un quartier de l'ouest de Toronto avec deux tours d'appartements qui percent un manteau de brouillard à la tombée du jour.

Un épais brouillard s'est abattu sur l'ouest de Toronto au début du mois de novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Patrick Morrell

Conséquences sur le transport aérien

Ces conditions météorologiques ont aussi eu un impact sur les activités de l'aéroport du centre-ville de Toronto, explique Jessica Pellerin, directrice des relations publiques de l’agence portuaire PortsToronto, qui possède et exploite l’aéroport Billy Bishop, la marina de l’avant-port et le port de Toronto. Au total, 136 [activités] ainsi que 86 arrivées et départs ont été affectés à l'aéroport Billy Bishop les 2 et 3 novembre ainsi que le 24 novembre.

« Notre priorité absolue est d'assurer la sécurité des passagers et du personnel lors des phénomènes météorologiques tels que le brouillard et la faible visibilité.  »

— Une citation de  Jessica Pellerin, directrice des relations publiques de Ports Toronto
Un homme traverse une rue au centre-ville de Toronto plongé dans le brouillard.

Le 24 novembre, un épais brouillard a de nouveau envahi le centre-ville de Toronto, ce qui a rendu la visibilité quasi nulle par moments.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

De la brume a été enregistrée les quatre premiers jours du mois de novembre ainsi que le 24 novembre, notamment parce qu’il faisait assez chaud, explique Peter Kimbell. Le spécialiste précise toutefois que la chaleur n'est pas le seul facteur qui cause la formation de brouillard.

La journée la plus chaude du mois de novembre a été le 5 et il n’y avait pas de brouillard, conclut l’expert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...