•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des producteurs de sapins se font voler leurs arbres de Noël

Une branche de sapin avec une boule de Noël.

Le coût d'un arbre s'élève en moyenne à 45 $.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Des producteurs de sapins de l'Estrie ont eu une bien mauvaise surprise cette semaine : ils se font dérober leurs arbres pendant la nuit.

Les cours à sapins qui ne sont pas clôturées sont particulièrement vulnérables à ce genre de vol, qui est d'ailleurs un phénomène en croissance, indique le directeur de l'Association des producteurs d'arbres de Noël du Québec, Jimmy Downey. Le prix des arbres à la hausse et la demande qui augmente expliquent en partie pourquoi les malfaiteurs s'intéressent à ce type de vol.

Jimmy Downey, qui est aussi copropriétaire de la Sapinière et pépinière Downey, à Hatley, précise que ce sont les arbres déjà coupés et entreposés dans les réserves qui sont ciblés. L'an dernier, un camion semi-remorque rempli de sapins a même été volé dans le stationnement d'un producteur.

« On compte environ de 40 à 50 $ du sapin. Alors si tu as 200 sapins dans le camion, ça fait une somme quand même importante. »

— Une citation de  Jimmy Downey, producteur de sapins
Des sapins de Noël avec des boules.

Les vols de sapins de Noël sont un phénomène en croissance, déplore le directeur de l'Association des producteurs d'arbres de Noël du Québec.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Facile de se « faire passer un sapin »

Pour ajouter au problème, il serait très facile de revendre les sapins. Surtout à ce temps-ci de l'année, la demande est tellement forte. [...] Je ne pense pas que tu as besoin d'un réseau pour les vendre. Il y a beaucoup de clients qui sont à la recherche d'arbres, ajoute Jimmy Downey.

Pour les producteurs, il est également difficile de remplacer les sapins volés. Souvent, au mois de décembre, avec les tombées de neige, la terre est mouillée et c'est plus difficile d'aller aux champs, explique Jimmy Downey. On ne peut pas aller chercher plus de sapins. [...] C'est un client qui va être [pénalisé]. Souvent, les arbres sont déjà vendus, ils sont en attente pour être transportés. Oui, ça peut faire mal à la production.

« Chaque arbre est compté, chaque arbre est un Noël. »

— Une citation de  Jimmy Downey, producteur de sapins

Jimmy Downey rappelle qu'un vol d'un sapin de Noël représente 18 années de travail, du moment où l'arbre est planté jusqu'à ce qu'il atteigne une hauteur de 1,82 m à 2,4 m (6 à 8 pieds).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...