•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port d’Halifax cherche un site de stockage de carburant vert

Un navire porte-conteneurs accoste au port d'Halifax.

La taille des navires augmente dans le monde, selon le porte-parole.

Photo : Port d'Halifax

Radio-Canada

Le port d'Halifax cherche des endroits hors de la péninsule afin de stocker de l'hydrogène ou d'autres carburants verts pour les gros porte-conteneurs qui font escale dans la ville.

Ces recherches découlent d'un protocole d'accord avec le port de Hambourg en Allemagne pour travailler à la création d'un corridor de navigation décarboné entre les deux ports.

Nous avons entamé ce processus parce que nous voulions changer la donne, dit le capitaine Allan Gray, qui est président et chef de la direction de l'Autorité Portuaire d'Halifax.

Il y a un mouvement important de fret entre les deux ports. Nous avons pensé que si nous allions de l'avant, nous pourrions faire des projets pragmatiques qui obligeraient les compagnies maritimes à envisager de passer plus rapidement à de nouveaux carburants.

Allan Gray en complet gris.

Le président et chef de la direction du port d'Halifax, le capitaine Allan Gray, fait la promotion d'un couloir de navigation décarboné entre Hambourg et Halifax.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Les alliances maritimes qui gèrent les itinéraires de conteneurs n'ont pas encore décidé de la source de carburant qui sera utilisée à l'avenir.

Allan Gray dit que le biodiesel et le gaz naturel liquéfié sont d'autres options, mais qu’aucun endroit pour le stockage n’a encore été choisi.

Vous n'allez certainement pas voir de sites de stockage du côté du port d’Halifax, dit-il.

Nous devons trouver de l'espace ou envisager des opérations d'expédition à court terme avec une barge. Nous essayons toujours de déterminer la meilleure option.

L'industrie du transport maritime représente 3 % des émissions de carbone dans le monde.

À Halifax, une option serait d'utiliser l'électricité provenant de parcs éoliens extracôtiers qui pourrait être convertie en hydrogène ou en ammoniac vert et utilisée comme carburant sans carbone.

Les entreprises envisagent le détroit de Canso pour des installations de conversion.

Nous sommes bien positionnés à Port Hawkesbury. Il y a des entreprises comme Everwind et Bear Head qui produisent de l'ammoniac et du méthanol, explique Allan Gray.

Ce sont des carburants qui ont été clairement définis comme potentiels, alors on leur a parlé des possibilités de livrer leur carburant ici [à Halifax].

L'Allemagne en avance

Le port de Hambourg effectue un peu les mêmes recherches, mais il est beaucoup plus avancé dans son projet.

Il fait partie d'un réseau de grandes entreprises, dont Airbus, qui fait la promotion de la ville de Hambourg en tant que plaque tournante de l'hydrogène vert.

Les deux ports sont en pourparlers avec Atlantic Container Line (ACL) et Hapag Lloyd, les compagnies maritimes qui desservent les deux villes.

Ils travaillent également avec leurs gouvernements respectifs pour harmoniser les règles.

Nous avons besoin d'une réglementation commune aux deux extrémités du couloir. Vous ne pouvez pas avoir un processus où un navire entre à Hambourg et doit respecter un ensemble de règles, puis vient ici et doit s'adapter à un tout autre ensemble de règles, confie le capitaine Allan Gray.

Louie Porta parle au journaliste Paul Withers le 1er décembre 2022.

Le protocole d'entente entre Hambourg et Halifax est un signe encourageant, croit Louie Porta, directeur général du groupe de conservation Oceans North.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Le protocole d'entente entre Hambourg et Halifax est un signe encourageant, croit Louie Porta, directeur général du groupe de conservation Oceans North. Il dirige aussi le comité consultatif public mixte de la commission environnementale qui a tenu le forum à Halifax.

Ça montre que des choses comme ça sont possibles et que nous pouvons réellement imaginer un avenir maritime mondial où nous avons décarboné le commerce de port à port, dit-il.

Cela permet également à Halifax de montrer que nous sommes prêts à nous dépasser et à atteindre des objectifs que d'autres endroits n'ont pas encore atteints et que nous sommes assez audacieux pour relever un défi que d'autres n'ont pas relevé!

Avec les informations de Paul Withers, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...