•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes sur la perspective d’un nouveau convoi à Ottawa en 2023

Des camions stationnés l'un à côté de l'autre lors d'une manifestation près du parlement du Canada.

Une nouvelle manifestation des camionneurs pourrait être organisée à Ottawa, en 2023. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Radio-Canada

La conseillère en sécurité nationale et au renseignement du premier ministre Justin Trudeau, Jody Thomas, indique que les hauts fonctionnaires planifient d’ores et déjà la possibilité d'une autre manifestation des camionneurs, au début de l’année 2023.

Mme Thomas a indiqué, jeudi soir, devant le comité mixte spécial sur la déclaration de situation de crise, que des sous-ministres se sont réunis une première fois, cette semaine, pour discuter d’une telle possibilité.

Elle a expliqué que Mike MacDonald, secrétaire adjoint du Cabinet, sécurité et renseignement, a déjà présidé des réunions pour commencer à voir comment nous allons y répondre.

Ça me stresse, a répondu le député libéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, à son entrée au Parlement vendredi, lorsqu'interrogé pour savoir ce qu'il pensait d'une répétition du convoi en 2023. C'était pas joli la dernière fois, j'espère qu'on peut éviter ces déboires-là.

Greg Fergus.

Le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus, à son entrée au Parlement vendredi matin

Photo : Radio-Canada

Plus tôt ce mois-ci, James Bauder, le fondateur du groupe Canada Unity – une association de Calgary qui est l'une des principales organisatrices du convoi des camionneurs à Ottawa – a annoncé sur sa page Facebook qu'un nouveau convoi aurait lieu du 11 au 28 février prochain.

M. Bauder a fait parvenir à Radio-Canada le plan projeté de ce nouveau convoi qui, comme le précédent, convergerait de plusieurs régions du pays vers Ottawa. Selon ses dires, les participants ne tenteraient pas de s'installer dans la capitale, mais plutôt dans une région avoisinante.

Plan projeté du convoi 2023, selon James Bauder :

  • 11 au 16 février 2023  : voyage du convoi de la Colombie-Britannique et d'autres régions du pays vers Ottawa
  • 17 au 20 février 2023 : événement de quatre jours à un endroit non spécifié

Source : James Bauder

Appel à une meilleure préparation au Parlement

À leur entrée à la Chambre des communes vendredi matin, plusieurs élus ont manifesté leurs craintes quant à une éventuelle répétition des événements de l'hiver dernier.

La sécurité publique devrait avoir appris de ce qui s'est produit. Si ces gens-là [les organisateurs] n'ont pas compris le message de la population canadienne, je ne sais pas ce qu'on va faire avec eux autres. On a hâte de regarder en avant, a déclaré le député indépendant de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes.

« Qu'ils laissent les rues libres. Qu'ils laissent les gens tranquilles. »

— Une citation de  Alain Rayes, député fédéral indépendant de Richmond-Arthabaska
Alexis Brunelle Duceppe

Le député Alexis Brunelle-Duceppe à son entrée au Parlement, vendredi matin

Photo : Radio-Canada

Le député Alexis Brunelle-Duceppe a pour sa part dit espérer que le gouvernement aura appris sa leçon, à l'instar de sa collègue libérale Judy Sgro, députée de Humber River—Black Creek, en Ontario. J'ose croire qu'ils ont réalisé qu'il y a des moyens plus pacifiques d'être entendus. [...] Ils n'ont pas besoin de paralyser la ville, ajoute-t-elle.

Les leçons apprises du convoi

Questionné en marge de la période de questions, le premier ministre Justin Trudeau a voulu se faire rassurant quant à la préparation du gouvernement face à l'éventualité d'un nouveau convoi.

Je pense qu'on a beaucoup appris, et je pense que les corps policiers à travers le pays ont beaucoup appris de ce qui s'est passé au mois de février passé, a soutenu M. Trudeau. Je m'attends à ce que les outils dont les corps policiers disposent soient mis en place pour assurer qu'on n'est pas une répétition de l'occupation.

Le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau assure que des apprentissages ont été retenus du convoi de l'hiver dernier. (Archives)

Photo : La Presse canadienne

Nous avons vraiment appris de ce qui s'est passé et nous essayons de veiller à tenir compte des lacunes constatées, a également assuré Jody Thomas, conseillère en sécurité nationale et renseignement du premier ministre, jeudi soir.

Parmi ces constats, a-t-elle expliqué, il y a la façon d'interpréter les renseignements recueillis sur les réseaux sociaux et le respect des lois sur la confidentialité.

Mike MacDonald a ajouté avoir déjà eu l’occasion de tester les leçons apprises du convoi des camionneurs de l’hiver 2022, notamment lors de la manifestation de motocyclistes surnommée « Rolling Thunder » qui a eu lieu à Ottawa, fin avril, ainsi que lors d'autres manifestations prévues le jour de la fête du Canada.

« Beaucoup des leçons et idées [apprises] ont été intégrées aux structures de gouvernance et de décision. »

— Une citation de  Mike MacDonald, secrétaire adjoint du Cabinet, sécurité et renseignement

Il a ajouté qu'il travaillait plus directement avec la police. J’ai une relation plus approfondie avec la police d'Ottawa. Je m’assois directement avec eux pour parler des problèmes, ce qui ne se faisait pas vraiment avant.

Mme Thomas a indiqué qu'elle croyait qu'avec une bonne compréhension des renseignements et des informations [recueillis], la Loi sur les mesures d'urgence n’aurait pas besoin d’être utilisée à l'avenir.

Interrogée sur la possibilité de voir surgir un convoi 2.0, la conseillère en sécurité nationale et au renseignement a ajouté que différentes mesures seraient prises à l'avance pour empêcher une installation similaire à celle observée en janvier et février.

Elle a noté que les manifestations d’appui à Québec et Montréal, où le stationnement avait été interdit, se sont déroulées d’une autre manière et ont duré moins longtemps.

Je ne suis pas une experte en maintien de l'ordre, et la police fait sa propre analyse. L'enquête se penchera d'ailleurs sur les aspects policiers de tout ça, a-t-elle déclaré, faisant référence au travail de la commission qui doit remettre son rapport final au début février. Mais dans les villes où les camions n'étaient pas autorisés à s'arrêter, il n'y a pas eu les mêmes problèmes.

Joint par Radio-Canada, vendredi, le Service de police d'Ottawa (SPO) a refusé de commenter les préparatifs policiers en lien avec le convoi 2.0.

Avec les informations de Frédéric Pepin, de Christian Noël et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...