•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise du Cap-Breton dévastée par Fiona attend toujours l’aide d’Ottawa

Un bâtiment en rénovations sans son recouvrement.

L’entreprise Victoria Co-operative Fisheries poursuit la réparation de son bâtiment qui a subi des millions de dollars de dommages lors de la tempête post-tropicale Fiona, en septembre.

Photo : Radio-Canada / Matthew Moore

Radio-Canada

Une entreprise de transformation du poisson à Neils Harbour, en Nouvelle-Écosse, attend toujours une aide fédérale plus de deux mois après que son usine eut été détruite par les vents de la tempête post-tropicale Fiona.

Victoria Co-operative Fisheries emploie 130 personnes dans le nord du Cap-Breton.

Osborne Burke est directeur général de l'usine de transformation du homard et du crabe des neiges et dit qu'il s'attendait à une aide financière immédiate, mais cela ne s'est pas produit.

Si le secteur privé agissait aussi rapidement que le gouvernement fédéral, nous serions dans une situation désastreuse, commente Osborne Burke. Huit semaines plus tard. Et rien.

Osborne Burke debout dehors près de l'usine.

Le directeur général de Victoria Co-operative Fisheries, Osborne Burke, affirme que les fonds promis par le gouvernement fédéral ne sont toujours pas arrivés.

Photo : Radio-Canada / Matthew Moore

Il est frustré parce que le gouvernement fédéral n'a pas proposé de règles claires pour recevoir l'aide.

Son entreprise continue de remplacer les murs extérieurs en bois par du béton pour renforcer le bâtiment avant la prochaine tempête.

L’usine a perdu plus de 4 millions $ en raison de dommages au bâtiment et à l'équipement spécialisé à l'intérieur, ainsi qu’en perte de produits de la mer, dont 800 000 $ en chair de crabe.

Osborne Burke dit qu’avec ces pertes la compagnie tient à peine le coup en attendant les fonds fédéraux.

Nous négocions avec notre banque, dit-il. Nous devons prolonger nos marges de crédit et il y a des coûts supplémentaires à ça.

Une route qui mène à l'océan.

Une vue aérienne d'une partie de la route New Haven, près de Neils Harbour, qui a été emportée par l'océan pendant la tempête, forçant les gens à faire un long détour pour entrer dans la communauté.

Photo : Radio-Canada / Tom Ayers

Lorsque Fiona a touché la communauté, plusieurs maisons ont été détruites, et un pont a été emporté et a fini par s'écraser sur l'usine. Un petit quai situé à côté de l'usine avait des supports arrachés et est encore presque submergé.

L'usine, qui est le plus gros employeur de la région, a été durement touchée.

Osborne Burke dit que l'entreprise a immédiatement commencé à réparer les murs arrachés par la mer, à réparer et à remplacer les équipements gorgés d'eau et à enlever les débris éparpillés sur la propriété.

Lorsque le gouvernement fédéral a annoncé le Fonds de relance de l'ouragan Fiona de 300 millions $, il a présenté une demande par l'intermédiaire de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA).

Roland Michaels debout devant l'usine.

Le directeur des opérations de l'usine de transformation Victoria Co-op Fisheries, Roland Michaels, se tient près d'une partie du mur de béton qui a été emporté sous le bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Tom Ayers

Le directeur général de l’usine dit que la banque et la compagnie d'assurance avec lesquelles il fait affaire ont été très utiles, mais il est déçu du travail de l'APECA.

Cette semaine, l'APECA a annoncé qu'elle venait de commencer à accepter des demandes pour soutenir les collectivités et les secteurs durement touchés du Canada atlantique qui ne sont pas admissibles à d'autres aides financières.

Osborne Burke dit que l’attente est trop longue.

Ottawa n'avance pas assez vite, dit-il.

Vous ne pouvez pas faire une annonce et dire que vous allez donner de l'argent et ne pas le faire.

L'APECA dit qu’elle ne peut pas commenter l'état des demandes, mais dit que les décisions concernant les candidatures admissibles sont toujours en cours.

Avec les informations de Matthew Moore, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...