•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’accueil des nouveaux arrivants en effervescence en Matanie

Deux personnes font des recherches sur Internet devant un ordinateur.

La directrice du SANAM, Annie Veillette (debout), et Cloé Paquette, qui s'occupe du jumelage des nouveaux arrivants avec des gens de la Matanie qui veulent bien leur faire une place dans leur vie.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Le Service d'accueil des nouveaux arrivants de la Matanie (SANAM) est en pleine expansion. Cinq nouvelles personnes ont été embauchées ces derniers mois, portant le nombre d'employés à neuf.

Le SANAM, qui fête cette année son dixième anniversaire, a beaucoup évolué depuis les débuts, au moment où une seule employée y travaillait avec peu de moyens.

Nous sommes officiellement un organisme à but non-lucratif depuis un an, explique Annie Veillette, la nouvelle directrice générale. Avant, nous étions une fiducie d'un autre organisme, le Centre local de développement (CLD), puis de la MRC. On est devenus autonomes d'un point de vue légal.

Annie Veillette, directrice du SANAM, devant son bureau de travail.

La nouvelle directrice du SANAM, Annie Veillette, s'attend à accueillir de nombreux nouveaux arrivants en Matanie.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Selon Annie Veillette, l'embauche des nouveaux employés crée même un manque d'espace auquel le SANAM doit remédier. Les employés sont dispersés entre le cégep, l’espace collaboratif la Centrale et le télétravail.

En 10 ans, Annie Veillette constate que le SANAM a su s’enraciner en Matanie. On le sent quand on propose des projets, ça paraît que ça fait plusieurs années qu'on existe, estime-t-elle. Quand on approche des partenaires dans le milieu, ils savent qui on est.

Élise Hallot, Margaux Gay et Caroline Doucet.

Élise Hallot, Margaux Gay et Caroline Doucet interviennent auprès des nouveaux arrivants pour faciliter leur intégration en Matanie.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

La directrice constate aussi que le SANAM est reconnu par le milieu municipal et des entreprises, ce qui n’est pas nécessairement le cas partout, selon elle. Ce ne sont pas tous les milieux qui ont cette relation. On a pu le constater quand on a été invités à la Fédération québécoise des municipalités (FQM) pour faire des présentations. Je trouve qu'on est chanceux, dit-elle.

L’organisme matanais est aussi avancé par rapport à d’autres organismes semblables. Il y en a qui sont plus en construction; nous, on est plus en consolidation, précise-t-elle.

Annie Veillette précise que le SANAM travaille non seulement à l’accueil des personnes immigrantes, mais aussi à leur enracinement.

S’adapter aux changements

Le SANAM doit aussi s’adapter à de nouvelles réalités.

Récemment, l'organisme a eu fort à faire en accueillant les 16 membres d'une nouvelle cohorte de futurs infirmiers et infirmières venus d’Afrique, tous étudiants au Cégep de Matane.

Il a fallu les aider à se loger en pleine pénurie de logements et les préparer pour l’hiver, une des tâches qui revient souvent au SANAM.

Avec la venue de familles, ce qui est nouveau pour nous, on a de nouveaux besoins en francisation des enfants, pour l’aide aux devoirs, par exemple. Le SANAM est à la recherche de solutions avec différents partenaires pour combler ce besoin, explique Annie Veillette.

Par ailleurs, le SANAM est appelé à intervenir de plus en plus dans les municipalités de la MRC.

Avec la baisse démographique, les municipalités rurales ont besoin de recevoir de nouvelles familles, souligne la directrice. C'est bon pour les écoles, c'est bon pour conserver les services. Il y a donc un intérêt croissant de ce côté-là aussi.

Une carte de la Matanie avec les noms de nouveaux arrivants et leur municipalité d'adoption.

Une illustration qui montre à quel point l'origine des nouveaux arrivants en Matanie est diversifiée.

Photo : Site web bienvenuedansmamatanie.com

Le SANAM veut aussi innover et introduire de nouvelles manières de faire. Une consultation auprès des propriétaires de logements est en ligne actuellement dans le but d’élaborer un guide à leur intention pour faciliter l'accueil de personnes immigrantes.

Du pain sur la planche

Annie Veillette s’attend à une forte croissance de la population immigrante, avec les missions de recrutement menées par Développement économique Matanie (DEM) en partenariat avec la Société de développement économique de Drummondville.

Avec le recrutement des entreprises, on a une forte immigration par comparaison avec d'autres MRC proches qui ont des fois une population similaire, constate-t-elle.

Les entreprises font face à des enjeux qui génèrent beaucoup de questions. 

« Recruter des personnes immigrantes, ce n'est pas juste une question d'embauche. C'est de la communication interculturelle, de l'adaptation, notamment. »

— Une citation de  Annie Veillette, directrice générale du SANAM

Par ailleurs, il est à prévoir que l’organisme aura fort à faire si les Fruits de mer de l’Est réussissent à recruter 150 nouvelles personnes comme l’entreprise l’a annoncé récemment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...