•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un violon de l’holocauste au Musée canadien pour les droits de la personne

Un violon est exposé au troisième étage du Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg.

Ce violon, exposé au Musée canadien pour les droits de la personne, a appartenu à la famille Hecht, vivant aux Pays-Bas, dont les membres sont morts dans des camps de concentration et de travail des nazis entre 1943 et 1945.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Le Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg expose jusqu'au mois de mars une nouvelle pièce à l'étage consacrée à l'holocauste : le violon ayant appartenu à une personne morte dans le camp de concentration d’Auschwitz en septembre 1943.

Le violon appartenait à Fanny Hecht, qui était une violoniste de confession juive qui habitait à Amsterdam, explique Janet Bosse. Sa belle-mère, qui possédait le violon depuis plusieurs années, a décidé de le prêter temporairement au musée pour qu’il soit exposé.

Précision :

Dans une version précédente de l’article, il était mentionné que le violon avait été acquis par le Musée canadien pour les droits de la personne. Or il s'agit d'un prêt et l'objet sera retourné à l'organisme The Violins of Hope.

Sachant que les nazis pouvaient venir à tout moment, Fanny Hecht a demandé à une femme qui vivait dans le même immeuble, Helena Visser, de garder le violon en sécurité jusqu'à son retour. Fanny Hecht n'est jamais revenue, et le violon a été emporté au Canada avec la fille de Mme Visser, aussi prénommée Helena.

Janet Bosse se dit émue de voir que cet objet se trouve maintenant au Musée canadien des droits de la personne, après tant d'années de démarche pour trouver un endroit pour ce violon à l'histoire tragique.

Ma mère a insisté pour que ce violon revienne à la communauté juive. Par hasard, je suis tombée sur le documentaire Violins of Hope: Strings of the Holocaust. J'ai contacté Amnon Weinstein [le luthier sur qui porte le documentaire] et c'est comme ça que le violon se retrouve ici, au Musée, relate Janet Bosse.

Amnon Weinstein a, pendant des années, amassé des violons ayant appartenu à des victimes de l'Holocauste.

La présidente-directrice générale du Musée canadien pour les droits de la personne, Isha Khan, a rappelé que l'antisémitisme est toujours une réalité aujourd'hui.

Chaque jour, on doit dénoncer ces situations. On doit bâtir un monde où chaque personne est protégée et nourrie par des histoires comme celle de Fanny, de Helena et de Janet pour nous inspirer quand on est découragé et pour continuer le travail vers un monde meilleur, a dit Isha Khan, en conférence de presse jeudi.

C'est une histoire d'amitié et d'humanité, mais également est une leçon sur l'antisémitisme, dit pour sa part le directeur des communications du Musée, Rorie McLeod.

Un concert des violons de l'espoir

Ce violon, maintenant exposé au Musée pour les droits de la personne, sortira de son caisson en verre, samedi soir dans le cadre d'un concert joué avec des Violons de l'espoir (Violins of Hope).

L'événement est organisé par l'Orchestre symphonique de Winnipeg (WSO) et la Jewish Foundation of Manitoba.

Le consultant artistique du WSO, James Manishen, souligne que le violon est un instrument musical important pour la communauté juive.

Le violon est central dans la culture des Juifs. On en joue dans les événements festifs. Il apporte de la joie, de l'espoir et l'idée que le monde peut être meilleur, explique-t-il.

Avec les informations de Megan Goddard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...