•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hôpital comme « monnaie d’échange »?

Une route avec d'un côté des champs, de l'autre une forêt. fin de l'automne.

Les autorités de santé de Southlake estiment qu'il faudra au moins 10 ans pour construire le nouvel hôpital.

Photo : Radio-Canada

Des élus de King City s'inquiètent qu’un don de terres par un promoteur immobilier leur force la main pour accepter la construction résidentielle dans le secteur.

La région de York a besoin d’un nouvel hôpital. L'enjeu fait consensus parmi les élus, mais les moyens pour parvenir à sa construction, et en particulier pour acquérir un terrain pour l’y construire, soulèvent des inquiétudes.

Le conseil municipal du canton de King a adopté, à l’unanimité, une résolution qui recommande à la province d’autoriser la construction d’un hôpital attaché au centre régional de santé de Southlake, dans la municipalité. Le terrain envisagé est une partie d’un lot situé en bordure de la municipalité protégé à la fois dans la ceinture de verdure et la moraine d’Oak Ridges.

Dans sa proposition, le conseil municipal affirme que le propriétaire du terrain accepterait de donner le terrain nécessaire à la construction d’un hôpital et que la municipalité n’aurait qu’à débourser une somme symbolique.

La résolution souligne également l’opposition des élus au changement de zonage provincial.

Deux conseillères regrettent maintenant d’y avoir donné leur appui.

Une femme dans un champ de carottes.

La conseillère Avia Eek affirme qu'aucun quartier résidentiel ne devrait être construit près du lieu envisagé pour un nouvel hôpital.

Photo : Radio-Canada

La conseillère Avia Eek, qui représente le quartier où serait construit cet hôpital, craint qu’une éventuelle entente force la Municipalité à accepter la construction d’un quartier résidentiel.

Aucune entente n’a été conclue jusqu’à maintenant.

Il n’y a aucune raison de construire un quartier résidentiel dans ce secteur, affirme la conseillère, de faire une entente qui dirait "Nous allons construire un hôpital et vous pouvez subdiviser les terrains" ce ne serait pas correct. Elle souligne que les plans de développement de King élaborés en 2021 ne prévoient pas de quartier résidentiel dans cette partie du canton avant au moins 2051.

La conseillère Debbie Schaeffer partage des craintes semblables et qualifie le projet d’hôpital de cheval de Troie. Je ne suis pas très fière de moi d’avoir appuyé cette proposition, je ne savais pas tout, se désole la conseillère.

« Je ne crois pas que quelqu’un va donner [ce terrain] et protéger les terres agricoles adjacentes.[...] Ils seraient propriétaires des plus chères terres agricoles au pays. »

— Une citation de  Debbie Shaeffer, conseillère municipale, canton de King

Le terrain en question a changé de mains quelques semaines seulement avant l’annonce, par le gouvernement Ford, d’un plan pour retirer des terres de la ceinture de verdure pour y favoriser la construction résidentielle.

Dans une transaction de 80 millions de dollars, l’entreprise Bathurst GP. Inc. a acquis cinq terrains adjacents totalisant environ 275 hectares.

Les registres de la compagnie désignent Michael Rice à titre de directeur.

Ce dernier est aussi président de l’entreprise Rice Group décrite sur son site web comme une entreprise verticalement intégrée de développement commercial, d’infrastructure et industriel. Rice Group participe en ce moment à de nombreux projets de construction dans la région de York, entre autres un projet résidentiel et deux projets commerciaux à East Gwillimbury et Newmarket.

Les registres d’Élections Ontario font état qu’un donateur nommé Michael Rice a remis des dons totalisant 10 000 $ au Parti progressiste-conservateur depuis 2018, incluant un 946 $ en 2020 à l’association de comté du ministre actuel des Affaires municipales Steve Clark.

La même personne a aussi remis des dons totalisant 2444 $ au Parti libéral de l’Ontario.

Radio-Canada a contacté l’entreprise Rice Group , mais nos demandes d’entrevue et nos listes de questions sont demeurées sans réponse.

Sans obligation

Le maire du comté de King, Steve Pellegrini, affirme que le terrain en question est idéal pour la construction d’un hôpital en raison de la proximité à Newmarket et de l’accessibilité des transports en commun dans la municipalité adjacente.

Un homme en entrevue.

Le maire de King affirme qu'aucun plan n'a été présenté à la Municipalité pour l'utilisation du terrain.

Photo : Radio-Canada

Il affirme avoir été surpris par l’annonce du gouvernement de retirer ces terrains de la ceinture de verdure, mais tenter de s’assurer que King tire son épingle du jeu. Je vais me faire le visage de la promotion d’un nouvel hôpital [...] et travailler fort pour y arriver, affirme-t-il.

Le maire affirme également qu’il n’a aucune information qui le porte à croire que le propriétaire du terrain envisage de le subdiviser pour y installer un quartier résidentiel. Nous n’avons pas reçu de demande de permis ou de plans, souligne le maire.

Dans une déclaration à Radio-Canada, le ministère des Affaires municipales réitère pourtant que les critères de sélection qui ont mené au choix de retirer ces terres de King de la ceinture de verdure signifient que des résidences peuvent y être construites rapidement.

La proposition du gouvernement prévoit que les projets résidentiels sur ces terres devront présenter des progrès importants dès 2023 et que les constructions devront débuter dès 2025 faute de quoi les terres seront à nouveau incluses dans la ceinture de verdure.

Hors, l’échéancier pour la construction d’un nouvel hôpital serait beaucoup plus long. La vice-présidente des services cliniques du centre régional de Santé Southlake, Barb Steed, estime qu’il faudra au moins 10 ans pour que le projet soit complété.

Une femme dans le corridor d'un hôpital.

La vice-présidente des services cliniques de l'hôpital Southlake affirme que leur établissement ne suffit plus à répondre à la demande.

Photo : Radio-Canada

De plus, la construction d’un hôpital dans la ceinture de verdure n’est pas prohibée puisqu'il s'agit d'établissement de services publics. 

Des besoins urgents

Si les modalités d’acquisition d’un terrain soulèvent des inquiétudes, la nécessité de construire un nouvel hôpital dans la région semble faire l’unanimité.

Vue aérienne de l'urgence de l'hôpital Southlake.

L'hôpital Southlake ne répond plus aux besoins de la population de la région, selon les autorités de santé.

Photo : Radio-Canada

La direction du centre régional de santé Southlake estime que l’hôpital de Newmarket est un des plus surchargés dans la province.

Des patients dans le corridor d'un hôpital.

Les autorités de santé de Southlake estiment qu'il faudra au moins 10 ans pour construire le nouvel hôpital.

Photo : Radio-Canada

La province a accordé un financement de 5 millions de dollars pour la planification de la mise en place de nouveaux services.

Barb Steed souligne que la construction d’un nouvel hôpital et des services qui y sont normalement attachés, comme un stationnement et des cliniques externes par exemple, pourrait nécessiter un terrain d'environ 100 acres, préférablement près de l’hôpital existant pour faciliter le transfert de patients d'un établissement à l’autre.

La motion adoptée par le conseil de King fait mention du don de 50 acres de terrain, soit un peu moins d’un dixième de la superficie détenue par le même propriétaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...