•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’engouement pour les rassemblements des Fêtes se fait sentir en Outaouais

Une famille fait un toast à table pendant le réveillon.

Plusieurs restaurateurs et traiteurs prévoient faire de bonnes affaires cette année, durant la période des Fêtes.

Photo : iStock / FG Trade

Radio-Canada

Après deux temps des Fêtes limités par la pandémie de COVID-19, beaucoup de citoyens ont de grandes ambitions pour les prochaines semaines avec l’organisation de fêtes de Noël et de rassemblements familiaux. En Outaouais, l’engouement se fait sentir, mais les autorités sanitaires martèlent le message de la prudence.

Pour le restaurant Les Vilains Garçons, l’agenda ressemble de plus en plus au temps des Fêtes 2019, un an avant que le coronavirus fasse son entrée dans notre quotidien.

C’est un retour qui est l’fun. Ça se remplit bien. Notre resto est rempli plusieurs soirées en décembre, ce qu’on a pas pu faire les deux dernières années, explique le copropriétaire Robert Tyler St-Jean, qui est heureux de revoir son restaurant bondé depuis le déconfinement de l'été dernier.

Pour un traiteur de l’Outaouais, Geoffroy Charbonneau, le téléphone ne dérougit pas, à un tel point qu’il a de la difficulté à faire le suivi avec tous ses clients potentiels.

Les grosses réservations ont été faites assez tôt dans l’année. Il y a aussi des événements de bureau qui se font la semaine, détaille celui qui se prépare à accueillir des groupes allant jusqu’à 70 personnes.

« J’ai acheté 1000 kg de dinde, et on a pratiquement tout vendu. »

— Une citation de  Geoffroy Charbonneau, chef propriétaire, Traiteur Lindocile

Pour les deux hommes d’affaires, la différence avec le temps des Fêtes 2019 est l’ajout de boîtes de repas et de boîtes de Noël, qui ont fait leur apparition pendant la pandémie pour permettre aux restaurateurs de survivre lorsqu’ils leur étaient impossibles d’ouvrir les portes de leur établissement.

Certains clients ont adoré cette option et veulent continuer à l’utiliser pour manger à la maison, plutôt que de pénétrer dans un restaurant.

Geoffroy Charbonneau en entrevue à Radio-Canada.

Geoffroy Charbonneau admet qu'il est toujours à la recherche d'employés pour le temps des Fêtes.

Photo : Radio-Canada

Annulations à venir?

Dans la région, les autorités sanitaires de l’Outaouais, de l’est ontarien et d’Ottawa répètent, tour à tour, le même message depuis quelques semaines : les hôpitaux débordent, alors il est temps de renouer avec certaines mesures sanitaires qui ont été abandonnées au cours des derniers mois.

Les restaurateurs craignent-ils des annulations? Pas vraiment, répondent-ils.

Les gens savent maintenant comment s’y prendre. Si quelqu’un est malade, il ne viendra pas, explique Robert Tyler St-Jean, rappelant que la règle s’applique tant aux clients qu’aux employés.

Robert Tyler St-Jean en entrevue à Radio-Canada.

Robert Tyler St-Jean, copropriétaire du restaurant Les Vilains Garçons.

Photo : Radio-Canada

Geoffroy Charbonneau abonde dans le même sens. Il admet toutefois avoir senti une certaine réticence de la part de certains clients qui craignent d’attraper la COVID-19, la grippe ou le virus respiratoire syncytial.

Il y a des groupes qui ont réduit le nombre de gens. Certains ont même annulé. Mais généralement, les gens ont envie de se voir. Leur sentiment de sécurité est plus élevé que les dernières années, notamment avec la vaccination. Les gens ont moins peur, a observé celui qui est pas mal plein jusqu’au 31 décembre.

Conseils de la santé publique

La directrice de santé publique par intérim du Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais, la Dre Brigitte Pinard, s’attend à ce que les célébrations de Noël riment avec une hausse de la transmission communautaire des différents virus.

Pour se protéger, et pour se protéger les autres, on devrait tous garder un masque près de nous, et le porter dans les endroits achalandés. Il ne faut pas être gêné de le faire, mentionne celle qui recommande également de se laver les mains et d’avoir un carnet de vaccination à jour.

Une femme accorde une entrevue via vidéoconférence.

Dre Brigitte Pinard, du CISSS de l’Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada

Selon la Dre Pinard, il y a un comportement essentiel à adopter : si vous avez des symptômes, n’allez pas à des événements non essentiels. Si vous n’avez pas de symptômes, vous pouvez vous permettre d’y aller.

Le médecin hygiéniste et directeur général du Bureau de santé de l’Est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis, admet être inquiet de voir les urgences débordées, surtout les pédiatriques.

La COVID-19, c’est une minorité de cas dans nos hôpitaux. C’est surtout la grippe et le VRS. Tous les virus sont là. On commence à voir un plafonnement. D’ici une semaine, on devrait voir un plafonnement.

Un homme sourit à la caméra.

Pour Noël, le Dr Paul Roumeliotis recommande la vaccination (archives).

Photo : Radio-Canada / Felix Desroches

Pour un temps des Fêtes sans tracas, le Dr Roumeliotis estime que la vaccination contre la COVID-19 et contre la grippe est la clé. C’est fondamental de se faire vacciner, rappelle celui qui encourage également d’appliquer toutes les autres mesures sanitaires.

Avec les informations de Mohamed Tiéné

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...