•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action collective contre le diocèse de Trois-Rivières : une quarantaine de présumées victimes

Le prélat Claude Thompson visé par les allégations.

Façade de l'église.

La cathédrale de l'Assomption de Trois-Rivières fait partie du diocèse de Trois-Rivières. Elle est située sur la rue Bonaventure.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

La liste des présumées victimes s’allonge dans le dossier de l'action collective contre le diocèse de Trois-Rivières. Elles sont maintenant 43 à affirmer avoir été agressées par plus d’une vingtaine de prêtres ou membres du personnel du diocèse.

Le cabinet Arseneault Dufresne Wee Avocats vient de déposer deux nouvelles listes de dénonciations.

Au nom de l'abbé Bernard Saint-Onge, identifié comme l'un des présumés agresseurs, s'ajoute maintenant celui du prélat Claude Thompson, fondateur de l’École des petits chanteurs de Trois-Rivières et figure artistique bien connue à Trois-Rivières. Une présumée victime âgée de 11 ans à l'époque indique avoir été touchée par Claude Thompson. Les gestes reprochés auraient été commis entre 1981 et 1983.

Les nouvelles dénonciations s’ajoutent à celles liées à une trentaine de présumées victimes qui s’étaient inscrites tandis qu’un avis faisant appel à des témoins était publié en octobre dernier.

En 2021, une demande d’action collective a été déposée contre le diocèse de Trois-Rivières pour des agressions qui auraient été commises par des membres du clergé. L’animateur de radio Dominic Maurais est l’une des présumées victimes et le représentant de l’action collective.

De leur côté, les Petits Chanteurs de Trois-Rivières ont réagi par voie de communiqué, d’abord encondamnant vigoureusement toute atteinte à l'intégrité de la personne humaine. Ils ajoutent que leurs pensées vont vers tous les enfants qui, dans le monde, ont subi ce type de violence.

Puis, l'organisation a tenu à rappeller que l’abbé Thompson a été une figure emblématique du chant choral pour voix d'enfants au Canada et que de nombreux anciens Petits Chanteurs évoquent sa grande bonté, son intégrité et son dévouement sans faille pour le bien de chacun.

Les Petits Chanteurs disent s'en remettre à la justice car ils ne peuvent porter de jugement sur les allégations. Notre préoccupation reste de prendre soin des actuels Petits Chanteurs, qui ne l'ont jamais connu, fait valoir le directeur musical et artistique, Marc Henric.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...