•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux résidents d’Ottawa et un Torontois arrêtés pour trafic d’armes

Plan rapproché de la poitrine d'un policier en uniforme couverte d'une veste noire décorée de l'emblème de la GRC, d'un walkie-talkie, d'une lampe de poche et d'un gilet pare-balles sur lequel le mot « Police » est écrit.

Deux Ottaviens et un Torontois ont été arrêtés (archives).

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Deux Ottaviens et un Torontois ont été arrêtés dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafic d'armes qui aurait distribué des armes de poing illégales dans la région d'Ottawa.

Cette enquête, débutée en septembre 2021, a été menée par la section Opérations de lutte contre le crime transnational grave et organisée, les services de police fédérale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), avec l'aide du Service de police d'Ottawa (SPO).

Selon la GRC, l’opération a permis de saisir des armes de poing illégales importées des États-Unis et des armes à feu sans numéro de série vendues dans les rues d'Ottawa.

Ces types d'armes sont très recherchés dans les rues, précise-t-on.

L’inspecteur Islam Issa, commandant du Détachement de la section Opérations de lutte contre le crime transnational grave et organisé estime que cette enquête conjointe est un excellent exemple de la façon dont la collaboration des organismes d'application de la loi et l'échange d'information peuvent perturber la circulation d'armes de poing illégales dans nos rues, ce qui mène à des collectivités plus sécuritaires.

30 chefs d’accusation

Deux résidents d’Ottawa, âgés de 39 et 44 ans, ainsi qu’un Torontois de 46 ans, ont été accusés.

Ces trois personnes font face à quelque 30 chefs d'accusation en vertu du Code criminel liés à la distribution, au trafic et à la possession d'armes à feu illégales.

Conjointement, ils font notamment face à des accusations de complot en vue de faire un trafic d'armes à feu et de complot en vue de commettre un crime.

Les trois accusés doivent comparaître en cour jeudi, à la Cour de justice de l'Ontario, à Ottawa.

Une menace pour la sécurité publique

L’inspecteur Issa insiste que la prolifération d'armes de poing illégales entre les mains de criminels organisés constitue une menace pour la sécurité publique.

Pour le surintendant Jamie Dunlop, qui travaille sur les crimes graves et le crime organisé au sein du Service de police d'Ottawa (SPO), les personnes impliquées dans cette forme de criminalité demeurent une priorité proactive d'application de la loi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...