•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du hockey féminin pour les jeunes en Beauce

De jeunes joueuses de hockey et leurs mentors prennent une photo de groupe sur la patinoire.

L’organisation du tournoi de hockey féminin (THF) de Saint-Georges a créé un groupe de développement pour les joueuses de 4 à 11 ans.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Quand on pense au hockey féminin en Beauce, un seul nom vient en tête : Marie-Philip Poulin. Comme plusieurs jeunes joueuses, elle a dû évoluer avec des garçons au hockey mineur. Mais les choses changent dans la région. L’organisation du tournoi de hockey féminin (THF) de Saint-Georges a créé un groupe de développement pour les joueuses de 4 à 11 ans.

Le THF Saint-Georges veut développer le hockey féminin, veut le montrer, en parler et faire en sorte que de nouvelles joueuses puissent jouer au hockey, lance Diane Bélanger du comité organisateur, tout près de la patinoire.

« C’est pour tout le monde, c’est ouvert, c’est gratuit, ça prend seulement un équipement complet. On veut donner le goût! »

— Une citation de  Diane Bélanger, comité organisateur du Tournoi de hockey féminin Saint-Georges
Des jeunes jouent au hockey.

Des exercices sur le patinage et le maniement de rondelle faisaient partie de l'entraînement des jeunes joueuses du programme de développement THF.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Il n'y a pas d'équipes entièrement féminines dans le hockey mineur, en Beauce. Les jeunes filles doivent aller jouer à Lévis ou dans les associations de hockey mineur de la région avec les garçons.

C’est là que le déclic s'est fait, explique Karyne Quirion, à l’origine de l’idée du programme de développement. Elle voyait trop de filles arrêter de pratiquer le sport entre 9 et 11 ans.

Une joueuse de hockey devant une jeune gardienne de but sur la patinoire.

Plusieurs jeunes gardiennes de but étaient présentes lors de l'entraînement.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Toutes les deux semaines, le dimanche, les filles sautent sur la patinoire. Dimanche, elles étaient une trentaine émerveillées par leurs nouveaux entraîneurs, les joueuses des universités Concordia et McGill, qui avaient joué la veille devant 600 personnes.

Une joueuse de dos avec devant elles plusieurs jeunes filles en équipement de hockey.

L'entraînement d'une durée d'une heure aura permis aux jeunes filles de pratiquer plusieurs facettes de leur jeu.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Je me sens privilégiée, c’est vraiment impressionnant de voir combien il y a de joueuses, aujourd’hui. L’attaquante des Stingers de Concordia, Emmy Fecteau, mène l’entraînement, avec une série d'exercices de patin et de manipulation de rondelles.

Sa coéquipière Rosalie Bégin-Cyr, de Saint-Georges, est tout sourire, quelle belle expérience de voir les petites filles évoluer, de savoir que le hockey féminin va continuer en Beauce et se développer.

Trois joueuses font la pose avec leur équipement respectif et leur casque.

Les jeunes Beauceronnes Emmy Fecteau et Rosalie Bégin-Cyr de l'Université Concordia en compagnie de Marika Labrecque de l'Université McGill.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Sur le banc des joueuses, leur entraîneuse universitaire, la quadruple médaillée d’or olympique en hockey féminin Caroline Ouellette regarde le déroulement de la pratique. Elle connaît bien l’importance de cette journée pour les enfants sur la patinoire.

C’est hyper important d’inspirer la relève, de rencontrer des modèles autant sur le plan athlétique que académique. On veut qu’elle caresse ces grands rêves de jouer au hockey collégial, universitaire, rêver à l’équipe Québec et Canadiennes.

Une femme habillée en noir se tient debout tout près d'une patinoire intérieur.

Caroline Ouellette a remporté la médaille d'or olympique à quatre reprises en hockey féminin. Elle est maintenant entraîneuse de l'équipe des Stingers de l'Université Concordia.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Des jeunes filles heureuses

Les sourires étaient nombreux sur la patinoire. Ophélie Bélanger ne rate pas une occasion de parler des buts qu’elle a comptés à ses camarades de classe le lundi suivant une pratique. Elle est ici pour s’amuser, avoir le plaisir de jouer. Même chose pour Kellany Turmel, qui a décidé de porter les jambières de gardien de but comme son frère, c’est le fun d'être en grand groupe juste avec des filles.

Une jeune fille habillée avec son équipement de hockey patine du reculon sur la glace.

Une trentaine de jeunes filles se réunissent sur la patinoire du Centre Lacroix-Dutil de Saint-Georges toutes les deux semaines, le dimanche.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Roxanne Lizotte est partie de Lévis pour venir en Beauce, c’est mon cadeau d’anniversaire. Jouer avec des joueuses universitaires, elle en rêvait. Tout comme Marie-Philip Poulin, elle veut maintenant aller aux Jeux olympiques.

Un premier pas vers l’objectif ultime pour le comité organisateur. Il faut avoir des rêves, peut-être qu’un jour en Beauce, on pourra dire qu’on a une équipe de hockey féminin, conclut tout sourire Diane Bélanger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...