•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture à Montréal d’un bureau du Programme mondial de recherche sur le climat

Des scientifiques installent une antenne au sommet d'une montagne.

Le projet du Regional Information for Society (RIFS) vise à recueillir et à fournir des données scientifiques fiables aux pouvoirs publics qui planifient l'adaptation des infrastructures et des sociétés aux changements climatiques.

Photo : Bokeh35

Radio-Canada

La ville de Montréal a été choisie pour héberger le bureau de coordination du Regional Information for Society (RIFS), une nouvelle initiative du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC), ont annoncé jeudi le gouvernement du Québec et le consortium Ouranos.

La venue dans la métropole de ce nouveau bureau de coordination du RIFS, dont la candidature internationale était défendue par Ouranos, a été confirmée jeudi par le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charette, et le directeur général d’Ouranos, Alain Bourque.

Le projet RIFS vise à renforcer les liens entre la recherche sur le climat et les besoins d’information des sociétés et des gouvernements, explique le ministère de l’Environnement dans un communiqué.

Selon Alain Bourque d’Ouranos, le RIFS aura pour mission d’aider les gouvernements et les décideurs dans leur planification des investissements majeurs qui sont nécessaires pour adapter les infrastructures, les sociétés et les écosystèmes aux changements climatiques en leur fournissant des données scientifiques probantes, ce qui nécessite, selon lui, d’établir une conversation continue entre les parties prenantes. Ce que fait Ouranos depuis 20 ans.

En plus de mettre en valeur sur la scène internationale l’expertise québécoise en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, l’installation de ce bureau du PMRC à Montréal permettra, espère Québec, d’accroître les collaborations et les partenariats internationaux, en plus d’attirer des gens de talent et des événements internationaux au Québec.

« Je me réjouis donc de l’établissement du RIFS à Montréal, projet grâce auquel le Québec devient un centre névralgique de l’étude des changements climatiques et de l’adaptation sur l’échiquier mondial. »

— Une citation de  Benoit Charette, ministre de l’Environnement du Québec

Le gouvernement Legault versera au projet un soutien financier de 2,8 millions de dollars sur cinq ans; un financement puisé à même son Plan pour une économie verte 2030. À cela s’ajoutera une subvention de 250 000 $ sur cinq ans du Fonds de recherche du Québec.

Le Québec est fier d’accueillir le bureau de coordination du Regional Information for Society, qui se joint ainsi aux 81 organisations internationales qui y sont déjà établies, se félicite pour sa part la ministre des Relations internationales, Martine Biron. Montréal, avec sa forte concentration de chercheurs et d’organismes internationaux, notamment dans les secteurs du développement durable et de l’intelligence artificielle, démontre ainsi son caractère attractif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...