•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi le chaos, plutôt que le calme après la tempête dans le Grand Vancouver?

Une voiture à l'intersection glacée de deux rues secondaires de Vancouver le 1er décembre 2022.

Les rues secondaires de Vancouver ne sont pas déneigées en cas de tempêtes, et la Ville n'y met pas de sel.

Photo : Radio-Canada / ARForest

Radio-Canada

Si, dans la majorité du Canada, la chute d'une dizaine de centimètres de neige ne fait que peindre un tableau d'hiver paisible, dans le Grand Vancouver et la vallée du Fraser, c'est l'annonce d'un chaos possible sur les routes.

La neige tombée mercredi matin dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique, et qui a partiellement fondu sous le soleil de l'après-midi pour se transformer en glace au cours de la nuit, continue de causer de nombreux dérangements.

Le chaos qu'entraînent quelques centimètres de neige dans le Grand Vancouver et, par la même occasion, les blagues des Canadiens ailleurs au pays pour qui la chute de quelques flocons fait simplement partie d'une journée normale d'hiver s'explique en bonne partie par les budgets alloués par les municipalités et la population pour se préparer aux conditions hivernales.

L'argent réservé au déneigement engloutit un pourcentage considérable du budget de nombreuses municipalités canadiennes. Pour la Ville de Vancouver, toutefois, cette dépense ne fait pas l'objet d'une entrée particulière dans le budget. Elle fait plutôt partie de la somme allouée pour l'ingénierie et les travaux publics.

Une personne sur un coin de rue enneigé de Vancouver. Les rues semblent glacées.

Les municipalités de Metro Vancouver allouent un budget très limité au déneigement, octroyant du financement supplémentaire au besoin.

Photo : Radio-Canada / ARForest

Dans l'avant-projet du budget 2023 de la Ville de Vancouver (Nouvelle fenêtre) (en anglais), le mot neige apparaît deux fois, d'abord pour signaler le risque de dépenses supplémentaires en cas de tempêtes de neige, et ensuite pour une entrée du budget destinée aux dépenses liées à l'acquisition d'équipement pour le déneigement, qui, pour l'instant, est toujours vide.

Les années où la région reçoit des chutes de neige, les municipalités du Grand Vancouver doivent donc piger dans leurs fonds discrétionnaires. Elles font ainsi un choix : attendre le redoux pour que la neige fonde ou déneiger adéquatement leurs rues.

Nous n'investissons pas des sommes comme peut le faire Montréal parce que nous ne voyons pas de neige de toute l'année, dit le maire de New Westminster, Patrick Johnstone, qui ajoute que c'est un choix.

Chaque année, les gens en demandent plus quand la neige tombe et, ensuite, ils nous demandent [pourquoi nous avons augmenté l'argent alloué] quand vient le temps [d'adopter] le budget municipal, quelques mois plus tard

Les ponts : des liens fragiles

Patrick Jonhstone souligne que, après une nuit difficile, mardi, la Ville de New Westminster a pu envoyer ses équipes déneiger ses routes au cours de la journée de mercredi et que le seul problème important restant était les véhicules abandonnés dans les rues par leurs propriétaires.

Il ajoute toutefois que les difficultés routières les plus importantes dans la nuit de mardi à mercredi dépassaient les moyens de sa municipalité.

C'est vraiment plus à cause des ponts qui relient les communautés [du Grand Vancouver] qui ont été bloqués. Et une fois ces ponts fermés, les gens ne peuvent aller nulle part, explique le maire.

De nombreux ponts relient les communautés du Grand Vancouver. Ils sont de dimensions diverses et relient souvent deux municipalités distinctes. Dans certains cas, il est difficile d'emprunter une autre route si le pont est fermé.

Si le déneigement des rues qui mènent à ces divers ponts est de compétence municipale, les ponts et les autoroutes, y compris le pont Alex Fraser qui a été fermé cinq heures au cours de la nuit de mardi à mercredi, sont généralement gérés par la province.

Le ministère des Transports de la Colombie-Britannique a déclaré qu'il examinait la façon dont il avait abordé la tempête de mardi soir.

Une voiture mal garée sur le bord d'une rue principale de Burnaby le 30 novembre 2022.

Certaines personnes ont abandonné leur voiture là où elle est restée coincée, comme ici près du parc Central de Burnaby.

Photo : Radio-Canada / ARForest

Ces gens qui boudent les pneus d'hiver

La conseillère vancouvéroise Adriane Carr a fait l'éloge de la façon dont la Municipalité avait réagi à la tempête, soulignant elle aussi les difficultés causées par la situation sur les ponts.

Elle a aussi noté qu'une part de la responsabilité revient à la population. Peu de Vancouvérois utilisent des pneus d'hiver.

J'implore le public d'écouter les conseils de la Ville et, si on prévoit de la neige, de pas pas prendre sa voiture, dit Adriane Carr.

Le maire Patrick Johnstone renchérit : J'espère que les gens sont aussi préparés qu'ils le peuvent et qu'ils vont bien choisir quand vient le temps de décider s'ils ont vraiment besoin de prendre la route quand on annonce qu'il y aura de la neige et de la glace sur les routes.

Avec les informations de Justin McElroy

Ailleurs sur le web :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...