•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade près du cégep Montmorency : un poste de commandement installé vendredi

Un groupe d'étudiants sur le trottoir devant le Collège Montmorency, à Laval.

Un groupe d'étudiants devant le Collège Montmorency, à Laval.(Archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

La Presse canadienne

Un poste de commandement mobile de la police sera stationné toute la journée de vendredi à proximité du Collège Montmorency, à Laval, dans l'espoir de faire progresser l'enquête sur une tentative de meurtre qui a provoqué un confinement des étudiants et du personnel le 11 novembre dernier et semé un vif émoi dans la communauté.

Des enquêteurs de l'escouade des Crimes contre la personne du Service de police de Laval (SPL) seront au poste de commandement de 9 h à 17 h, près de la porte 7 de l'institution collégiale.

Des éléments d'information portent les enquêteurs du SPL à croire que des personnes pourraient avoir été témoins de la tentative de meurtre; ils aimeraient entrer en contact avec elles.

Le 11 novembre, en fin d'après-midi, un suspect arrivant d'un parc situé à l'arrière du Collège Montmorency aurait fait feu à plusieurs reprises en direction de quatre personnes, qui se sont ensuite réfugiées à l'intérieur du collège. C'est ce qui a déclenché une vaste opération policière de confinement afin d'assurer la sécurité des étudiants et du personnel présents sur place.

Environ 500 étudiants ont été retenus à l'intérieur pendant plus de quatre heures, alors que des proches, très inquiets, attendaient à l'extérieur.

La direction du Collège Montmorency a suspendu les cours prévus le lundi 14 novembre. Les étudiants et le personnel ont été invités à participer à une journée dite de réconfort afin de prendre du recul à la suite de la fusillade.

Lors des heures qui ont suivi ces actes de violence, le chef du SPL, Pierre Brochet, a émis l'hypothèse que certaines victimes étaient liées au gang des Flamehead Boys (FHB), un groupe actif sur le territoire lavallois. Il a ajouté que les coups de feu n'avaient aucun lien avec le cégep.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...