•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché immobilier de Calgary attire des investisseurs de l’Ontario et de la C.-B.

Des immeubles au centre-ville de Calgary.

Plus de 4500 copropriétés ont été vendues jusqu'à présent, cette année à Calgary. C'est presque 65 % de plus que l'année précédente.

Photo : Bryan Labby / CBC

Radio-Canada

Ces dernières années, des investisseurs de la Colombie-Britannique et plus particulièrement de l'Ontario achètent des logements à Calgary dans le but de les louer, car les prix y sont beaucoup plus abordables.

Le promoteur immobilier Cole Haggins dit que 70 % de ses acheteurs viennent d’Ontario et que la majorité d’entre eux sont des investisseurs. C’est sans précédent, dit Cole Haggins, qui est le président de Cedarglen Living.

Selon lui, la tendance a commencé il y a un an et demi. Nous avions une clientèle d’investisseurs dans le passé, mais ils étaient de Calgary et ils ne sont pas du même gabarit.

Paul Battistella, le directeur associé à Battistella Developments, fait le même constat. Il construit un immeuble en copropriété proche du centre-ville, et près de la moitié de ses acheteurs sont Ontariens.

Les unités de notre immeuble deviennent des logements de location, dit-il.

Pour profiter de ces ventes, des agents immobiliers ontariens se font certifier en Alberta. Le Real Estate Council of Alberta, l’association des agents immobiliers, reçoit normalement 100 demandes de certification par an, mais durant l’année 2021-2022, il y en a eu 600. La majorité venait d’Ontario, suivie de la Colombie-Britannique.

Avantages du marché immobilier de Calgary

Même si le prix des logements a augmenté à Calgary, celui des copropriétés, plus faciles à louer, reste plus abordable qu’ailleurs. Leur prix moyen est de 297 000 $, alors qu'il est de 720 000 $ à Toronto, et de 769 000 $, à Vancouver.

Le marché de l’immobilier à Toronto et dans les autres villes est hors de portée, aussi bien pour ceux qui veulent acheter pour y habiter que pour ceux qui achètent pour louer , dit Kyle Dovigi, un agent immobilier de Toronto.

« Les investisseurs explorent d’autres marchés, et celui de Calgary est très attrayant. »

— Une citation de  Kyle Dovigi, agent immobilier de Toronto

Autre avantage : le transfert du titre foncier en Alberta n'est pas taxé comme en Ontario ou en Colombie-Britannique. Il faut payer des frais administratifs de 50 $, auxquels s'ajoute 1 $ par tranche de 5000 $ de la valeur du bien immobilier.

Le transfert du titre d'une copropriété valant 500 000 $, à Calgary, coûterait donc 1050 $. En Colombie-Britannique, où les acheteurs doivent payer un pourcentage avoisinant 2 % de la valeur de la copropriété, le même transfert de titre coûterait environ 8000 $.

Enfin, la réglementation albertaine n'impose pas de limite à l'augmentation du loyer. La réglementation albertaine sur le logement locatif est plus en faveur des propriétaires qu’ailleurs au Canada, dit John Andrews, un consultant en immobilier.

Si cet engouement peut être perçu comme un vote de confiance envers l’économie albertaine, il pourrait aussi contribuer à l'augmentation du prix des logements pour les acheteurs calgariens.

Selon les estimations de l’association des agents immobiliers de la province, le prix moyen des appartements en copropriété a augmenté de 6 % à Calgary entre 2021 et 2022, alors qu'il a augmenté de 0,2 % à Edmonton.

Avec des informations de Paula Duhatschek

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...