•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé du meurtre d’Elisabeth Salm, Tyler Hikoalok termine son témoignage

Tyler Hikoalok marche dans la rue.

Tyler Hikoalok est accusé du meurtre au premier degré d’Elisabeth Salm, en 2018 (archives).

Photo : Fournie par la Cour supérieure de justice de l’Ontario, comme preuve

Radio-Canada

Le procès de Tyler Hikoalok, accusé du meurtre au premier degré d’Elisabeth Salm, une bibliothécaire bénévole d'Ottawa en 2018, s’est poursuivi mercredi.

Pour une deuxième journée consécutive, l’accusé a insisté sur sa consommation d’alcool pour expliquer son absence de souvenir. Tyler Hikoalok a raconté avoir bu près d'un litre d'alcool avant le meurtre de cette bibliothécaire bénévole d'Ottawa. Raison pour laquelle, selon lui, il ne se souvient pas de la majeure partie de la journée où l'agression a eu lieu.

Tyler Hikoalok plaide non coupable de meurtre au premier degré d'Elisabeth Salm, 59 ans, qui a été retrouvée sauvagement agressée dans la salle de lecture de la Science Chrétienne du centre-ville, en mai 2018. Mme Salm est décédée à l'hôpital le lendemain de son agression, des suites de ses blessures.

M. Hikoalok a été appelé à témoigner pour la première fois mardi, après une interruption du procès de huit semaines. Son passage à la barre s'est terminé mercredi, en début d'après-midi.

Mercredi, l’accusé, qui a aujourd’hui 22 ans, a ajouté peu d’éléments à son témoignage de la veille, mais il a continué de répondre aux questions concernant le matin de l'agression.

Il a raconté avoir consommé près d'une bouteille de 500 millilitres de vodka – et une autre de rhum – avant que Mme Salm ne soit retrouvée agressée au travail. Il a dit qu'après avoir consommé de l'alcool, il a perdu tout souvenir des événements qui ont suivi.

Lors de son contre-interrogatoire sur les détails du lendemain matin de l’agression, le procureur de la Couronne, Brian Holowka, a pressé l’accusé qui déclarait s’être réveillé derrière un arrêt de bus sans aucun souvenir. M. Hikoalok a, là encore, affirmé n’avoir aucun souvenir de ce jour-là.

Question après question, M. Hikoalok a répété : Je ne me souviens pas.

Quand vous dites que vous ne vous souvenez pas, c'est un moyen pratique de ne pas répondre aux questions, a fustigé le procureur de la Couronne.

Témoignage précédent

Mardi, M. Hikoalok avait raconté son parcours. Sa naissance à Cambridge Bay, une communauté située sur le territoire du Nunavut, puis ses déménagements de foyer en foyer, en Alberta et en Ontario, avant d'emménager dans une famille d'accueil à Ottawa à l'âge de 13 ans.

Il a dit qu'il n'avait rencontré sa mère biologique qu'à l'âge de 10 ans et qu'il n'avait jamais rencontré son père biologique.

Tyler Hikoalok reçoit un prix.

Tyler Hikoalok avait 18 ans au moment du meurtre d'Elisabeth Salm (archives).

Photo : tr1bemusic.com)

Le jury l’a également écouté raconter comment il a commencé à boire de l’alcool, à 11 ans, et que, plus récemment, il a eu des épisodes de consommation d’alcool qui l'ont amené à ne se souvenir de rien, alors qu'il était gravement intoxiqué.

Plus tôt dans le procès, un analyste médico-légal a déclaré au tribunal avoir retrouvé des traces de l'ADN de M. Hikoalok sur le corps de Mme Salm.

Un ancien collègue de la victime a également témoigné précédemment que le visage de Mme Salm était tellement ensanglanté et enflé qu’elle avait eu du mal à identifier la victime, alors qu'elle était allongée sur le sol de la salle de lecture de la Science Chrétienne.

Le Dr Julian Gojer, psychiatre au sein du Royal, une institution spécialisée en santé mentale, à Ottawa, doit témoigner jeudi matin.

Avec les informations de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...