•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des riverains se réjouissent du déménagement de l’usine Bitfarms

Marcel Cyr, heureux devant la rivière.

Marcel Cyr s'est mobilisé avec d'autres citoyens dans les dernières années.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

L'usine de cryptomonnaie Bitfarms de la rue de la Pointe, à Sherbrooke, n'est plus. Elle a été fermée mercredi soir et presque toutes les installations de l'entreprise ont été déménagées dans le parc industriel de Sherbrooke. Il s'agit d'une grande nouvelle pour les résidents du secteur, qui ont multiplié les démarches depuis quelques années pour retrouver leur quiétude.

Ce changement survient trois mois plus tôt qu'initialement prévu, alors que l'usine de cryptomonnaie de la rue de la Pointe devait quitter les lieux au plus tard le 28 février 2023 en vertu d'une entente signée avec la Ville il y a un an. Les activités de cryptomonnaie de Bitfarms sont maintenant réparties dans trois usines situées sur les rues Joseph-Louis-Mathieu, Léger et de la Garlock.

La construction a bien été, rien n'a été repoussé, donc on a pu rentrer dans nos dates, explique le vice-président principal aux opérations de l'entreprise, Benoît Gobeil. On sait qu’une construction, des fois, ça peut être complexe, avec toutes les demandes qu’on a à l’environnement, les demandes de permis, les plans qui doivent être achevés. Je pense que toutes les étoiles étaient alignées, et on a pu livrer ça plus rapidement.

Ce départ marque la fin d'une longue bataille menée par les résidents du secteur de la rue de la Pointe. Bitfarms avait en effet fait l'objet de nombreuses plaintes de citoyens et récolté plusieurs amendes en lien avec le bruit au cours des dernières années.

On subissait des inconvénients majeurs de Bitfarms. On parle d’environ 500 personnes qui subissaient ces bruits-là, fait notamment remarquer Marcel Cyr, qui s'était mobilisé contre le bruit.

On avait l’impression qu’il fallait s’en aller au début. Moi, je suis allé voir tout le monde et j’ai dit "il faut se défendre, il faut se battre, se tenir, et c’est ça qui est arrivé", renchérit Robert Gosselin, un autre riverain.

Être autour d’une cause commune, ça nous a rapprochés, les voisins, constate quant à lui Gaëtan Larouche.

Les deux riverains sourient sur leur terrain.

Annette Raby et Gaëtan Larouche se réjouissent du déménagement.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

« On se réjouit, c’est vraiment un beau cadeau de Noël qu’ils nous font.  »

— Une citation de  Annette Raby, riveraine

La Ville apprend de la saga

Maintenant que le déménagement est terminé, la Ville de Sherbrooke tire des leçons de la saga Bitfarms.

Mon analyse, c’est qu’il y a eu un manque de communication entre nos différents services quand l’entreprise est arrivée sur notre territoire. Tout a été mis en place pour ne plus que ça se reproduise. [...] On veut évaluer à l’avance les risques de nuisance et prendre de bonnes décisions en conséquence, souligne la mairesse Évelyne Beaudin.

Une usine de l'autre côté d'un cours d'eau.

L'usine de cryptomonnaie Bitfarms de la rue de la Pointe est fermée depuis mercredi.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Le dénouement de cette affaire satisfait toutes les parties impliquées. Les revenus générés par la consommation d'électricité de Bitfarms dépassent les dix millions de dollars annuellement, ce qui représente un gain important pour la ville. 

L'entreprise y trouve aussi un avantage, même si l'épisode de la rue de la Pointe a coûté plus d'un million de dollars en mesures d'atténuation et en frais de déménagement. 

On est capable maintenant de faire des usines qui contiennent tout leur son à l’intérieur, constate Benoît Gobeil

« On est une des compagnies qui fonctionnent le mieux avec de très bons coûts de production de bitcoins. On est là pour rester et continuer à long terme. »

— Une citation de  Benoît Gobeil, vice-président principal aux opérations de Bitfarms

Quant aux citoyens, ils peuvent maintenant célébrer la quiétude retrouvée.

Les négociations avec la Ville de Sherbrooke concernant l'ancienne usine de la rue de la Pointe vont bien, selon M. Gobeil. Des nouvelles quant à son avenir devraient bientôt être annoncées.

Avec les informations de Guylaine Charette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...