•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École Greenwood : une nouvelle consultation qui ne répond pas à toutes les questions

Un croquis d'un édifice

L'école secondaire Greenwood devrait ouvrir pour la rentrée 2023

Photo : Conseil scolaire Viamonde

Le Conseil scolaire Viamonde a présenté mercredi une nouvelle mise à jour sur l’avancée du projet de l'ancienne école secondaire Greenwood, dans l’est de Toronto. Cette consultation a permis d’échanger avec les parents sur la zone de fréquentation, les infrastructures, les négociations au sujet du parc Felstead ainsi que le recrutement des enseignants.

La réunion s’est tenue en version hybride depuis les bureaux de Viamonde à North York. Six parents s’étaient rendus sur place, mais jusqu’à une centaine ont suivi les débats en ligne.

La zone de fréquentation

Un des principaux points à l'ordre du jour de cette réunion concernait une première proposition de la zone de fréquentation de l’école.

Le conseil scolaire propose de subdiviser la zone actuellement couverte par le Collège français. Elle couvre une zone allant de l'autoroute Don Valley à l’ouest, de l'avenue Eglinton au nord, de l’avenue Midland à l’est et, au sud, du lac.

Les élèves de quatre écoles nourricières, à savoir Gabrielle-Roy, Jeanne-Lajoie, La Mosaïque et Laure-Rièse, y seront automatiquement inscrits tant que ces derniers vivent dans la zone couverte par l’école. Il sera toutefois possible de faire une demande hors zone.

Si les parents estiment globalement que la zone correspond à la communauté qui réclame l’école, plusieurs se sont inquiétés qu’elle se remplisse très rapidement en raison de la demande.

L’école peut accueillir 500 élèves et les admissions se feront progressivement. Les élèves de la 7e à la 9e année feront leur entrée en 2023, mais l’école n’offrira tous les niveaux de la 7e à la 12e année qu’à partir de 2026.

On ne veut pas enlever la capacité du Collège français en enlevant tous ces élèves-là et après on n’a pas d’offre de cours pour les élèves du Collège français, explique le surintendant de l’éducation de Viamonde Roland Desloges.

Portrait de Roland Desloges.

Roland Desloges assure que l'école pourra bien ouvrir en 2023.

Photo : Radio-Canada / Julie Sahuquillo

Il ajoute que la rencontre visait avant tout à rassurer les parents et à répondre à leurs questions tout en leur assurant que l’école secondaire ouvrirait bien en 2023.

Les parents peuvent soumettre leurs avis sur cette zone jusqu’au 5 décembre. Une décision sera communiquée ensuite.

Un besoin d’espace au grand air

Le conseil scolaire a représenté les installations de l’école telles que le gymnase, les salles de robotique ou les salles informatiques.

Afin de s’assurer que les élèves fréquentent cette école malgré sa taille modeste par rapport à d’autres du réseau anglophone, les parents attendaient beaucoup de connaître les avancées concernant le parc Felstead.

C'est notre droit constitutionnel d’avoir une école équivalente aux anglophones du quartier, rappelle Heidi Pospisil, qui milite depuis de nombreuses années pour l’implantation de cette école de langue française. 

« L’important c’est qu’on puisse utiliser ce parc comme une cour d’école sans contraintes temporelles ou financières. S’il faut payer ou avoir des permis, ça n’est pas équivalent aux écoles anglophones »

— Une citation de  Heidi Pospisil

Peu d’éléments ont été donnés à ce sujet si ce n’est l’assurance que les discussions avec la Ville vont bon train.

Portrait de Heidi Pospisil.

Heidi Pospisil espère que la demande pour l'école secondaire sera grande, mais attend de voir si elle saura retenir les élèves avec des programmes et des infrastructures à la hauteur de ce que le système anglophone propose.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

L’accès au parc c’est quelque chose qui me tient à cœur. C’est non négociable et ça fait plus de trois ans qu’on le demande. Je veux bien croire que tout se passe bien, mais c’est une école sans espace vert sur un acre. On veut ce parc, explique Michelle Miller-Guillot, une mère de trois enfants à l’école La Mosaïque dont un qui pourrait entrer dans cette nouvelle école à son ouverture.

Viamonde organisera en février une rencontre avec la communauté autour du parc.

Portrait de Michelle Miller-Guillot.

Michelle Miller-Guillot dit être satisfaite de la rencontre mais en attendait plus au sujet du parc Felstead.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Autre élément qui a irrité quelques parents, la présence d’une cour d’école située sur le toit. Une première pour le conseil scolaire.

C’est un gros risque. Comme parent je ne suis pas content de voir que nous risquons la construction d’une école sans parc, sans cour d’école, comme le Collège français. Nous avons déjà fait cette erreur , a insisté James Smith, un parent qui assistait à la réunion en ligne.

Un recrutement d’enseignants sous condition

En subdivisant la zone du Collège français, Viamonde devra recruter des enseignants selon un système de dotation établi entre autres par la convention collective.

C’est une réaffectation des enseignants. C’est fait par la qualification et l’ancienneté. D’abord au Collège français, ensuite les postes vacants qui restent sont affichés pour le conseil entier et ensuite à l’externe, explique Roland Desloges.

Même si des parents ont demandé à ce qu’on aille recruter d’autres enseignants par exemple au Québec, le surintendant précise qu’il existe déjà une pénurie d’enseignants également au Québec et outre-Atlantique.

Clarification sur la contamination

En fin de réunion, une mise à jour a été faite quant à la contamination des sols du site révélée par Radio-Canada.

Le conseil scolaire indique que des tests complémentaires sont faits alors que les travaux de construction vont de l’avant. 

Le directeur du secteur de l’immobilisation, de l’entretien et de la planification, Miguel Ladouceur, a assuré les parents que ce type de contamination était fréquent à Toronto.

Les métaux étant enfouis profondément dans le sol, ils ne représentent pas une menace pour les élèves une fois que le bâtiment sera construit.

Il assure que si de nouveaux résultats apportent une autre conclusion concernant les risques pour les enfants, il en avertira les parents.

Enfin, les consultations pour trouver un nom à l’école devraient débuter en janvier 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...