•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves d’une école du Manitoba ont consommé des bonbons au cannabis dans l’autobus

Des bonbons au cannabis.

Des enfants de Shilo, au Manitoba, qui se rendaient à l'École La Source auraient consommé des bonbons au cannabis dans l'autobus. ( Archives)

Photo : Gracieuseté d'un consommateur

Radio-Canada

Des enfants d'une école primaire de la Division scolaire franco-manitobaine à Shilo, dans l'ouest du Manitoba, ont été malades, la semaine dernière, après avoir consommé par inadvertance des bonbons au cannabis.

C’est dans un autobus scolaire que des élèves de 5 à 9 ans auraient consommé des bonbons contenant du THC, le principe actif du cannabis, le 23 novembre.

Ces enfants se rendaient en autobus à l’École primaire La Source.

Le directeur général de la Division scolaire franco-manitobaine, Alain Laberge, raconte qu'un élève se sentait mal dans la salle de classe et qu'une analyse de la situation a été faite.

On a rapidement vu qu’il y avait seulement 3 ou 4 élèves qui étaient incommodés. On a rapidement fait une vérification de l’autobus. Mais, en parallèle, on a appelé les ambulances parce qu’une des élèves avait des symptômes de vomissement, de maux de tête, relate Alain Laberge.

Il ajoute que l'École a communiqué avec les parents des autres élèves qui avaient des symptômes plus modérés et leur ont recommandé d’aller à l'hôpital, ce qu’ils ont fait.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Souris a ouvert une enquête sur l'incident. Dans son rapport, la GRC estime que c'est par inadvertance que les enfants ont consommé des bonbons de cannabis.

À ce stade de l'enquête, nous pensons qu'un enfant a apporté ces bonbons au cannabis dans l'autobus et les a partagés avec les autres enfants en pensant que c'était des bonbons ordinaires, affirme la caporale Julie Courchaine, de la GRC.

La GRC dit qu'elle continue d'enquêter et de travailler avec l'École et les parents touchés par cette situation. Mercredi, elle n'avait pas de détails à fournir sur de possibles accusations.

Si tous les enfants sont maintenant remis de leur mésaventure, il aurait pu y avoir des conséquences sur leur santé ainsi qu'un risque d'une surdose, selon le microbiologiste de l'Hôpital Saint-Boniface Philippe Lagacé-Wiens.

Les principaux symptômes d’une surdose chez un enfant peuvent être une somnolence, une léthargie, une difficulté de réveiller un enfant, un comportement bizarre, de la difficulté à marcher, des trébuchements, énumère-t-il.

Même si ces symptômes ne proviennent pas d'une surdose, le Dr Lagacé-Wiens recommande de contacter sans tarder le Centre antipoison ou de se rendre aux urgences afin d'éviter des drames.

Un enfant ne va pas nécessairement savoir qu’un bonbon suffit pour avoir un effet et va vouloir en manger considérablement plus, alors on augmente le risque d’une surdose, précise-t-il.

De son côté, la Division scolaire franco-manitobaine tient à rassurer les parents.

Alain Laberge explique que des activités de prévention ont lieu tout au long de l’année, et sont adaptées à l’âge des élèves.

La GRC recommande pour sa part de garder les produits contenant du THC à l’écart des autres aliments.

Avec les informations de Victor Lhoest

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...