•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ et des organismes mettent la lumière sur la violence conjugale dans l’Est-du-Québec

Quatre policiers et quatre bénévoles sourient à la caméra.

À Sept-Îles, des employés d’Autour d’elles et quatre agents de la SQ ont notamment distribué des dépliants d'information aux automobilistes, mercredi.

Photo : Gracieuseté de l'organisme Autour d’elles

Des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) se sont mobilisés mercredi, en compagnie de bénévoles, afin de sensibiliser la population à la violence conjugale dans le cadre des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes.

À certaines intersections à travers le Québec, ils ont remis des dépliants d'information aux automobilistes. Ils ont aussi sensibilisé les passants à la violence faite aux femmes, tout en les informant des ressources disponibles dans les différents secteurs.

Deux dépliants sur une table.

Des dépliants ont été remis aux automobilistes dans l'Est-du-Québec.

Photo : Radio-Canada / Charles-Étienne Drouin

La violence conjugale, c’est l’affaire de tout le monde. Ce n’est pas juste l’affaire qui se passe entre deux individus. On connaît tous quelqu’un, quelque part, qui peut être victime de violence entre partenaires intimes. Il faut que ça soit dénoncé, dit un porte-parole de la SQ, Claude Doiron.

Le sergent Claude Doiron,agent d'information à la Sûreté du Québec

Le sergent Claude Doiron, agent d'information à la Sûreté du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

Cette activité était organisée à 89 endroits au Québec, dont à Pointe-à-la-Croix, à Bonaventure et à Carleton-sur-Mer.

Au Bas-Saint-Laurent, la SQ était notamment à Rivière-du-Loup et au Centre de formation professionnelle Rimouski-Neigette.

Sur la Côte-Nord, l’opération s’est déroulée dans plusieurs localités, dont Sept-Îles. Des membres de l'équipe de la maison d’hébergement Autour d’elles à Sept-Îles et des agents de la SQ ont pris part à l'initiative.

La directrice d’Autour d’elles, Martine Girard, rappelle qu’il existe plusieurs formes de violences conjugales, dont la violence technologique.

On a distribué de l'information sur notre ressource. Aussi, la Sûreté du Québec avait de l'information au niveau de la géolocalisation pour les informer qu'il faut vérifier que leurs réseaux sociaux ne permettent pas [d'identifier leur lieu de résidence], dit Mme Girard.

Martine Girard est assise dans son bureau, elle regarde la caméra.

La directrice de l'organisme Autour d’elles, Martine Girard (archives).

Photo : Radio-Canada

De nombreux organismes spécialisés dans l’intervention auprès des victimes de violence ont participé à cette campagne.

L’organisme SOS violence conjugale a par ailleurs salué l’initiative de la Sûreté du Québec.

[Ce mercredi] a eu lieu une grande activité de sensibilisation à la violence entre partenaires intimes [...] en collaboration avec SOS, le Regroupement de Maisons d’hébergement, la fédération des ressources d’hébergement, Rebâtir et les Maisons d’hébergement elles-mêmes, qui participent à l’une des activités sur le terrain. Quel sentiment fantastique de solidarité, peut-on lire sur la page Facebook de SOS violence conjugale.

Les 12 jours d'action contre la violence faite aux femmes se termineront le 6 décembre, jour de commémoration de la tuerie de Polytechnique en 1989, où 14 femmes ont été tuées.

Des organismes de l’Est-du-Québec invitent aussi la population à porter le ruban blanc jusqu’au 6 décembre.

Avec des informations de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...