•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion dans la baie des Chaleurs : il faut agir, croit un citoyen de Charlo

L'arrière de la maison de Brian Landry, à Charlo.

L'arrière de la maison de Brian Landry, à Charlo. L'eau gagne du terrain à chaque tempête, note-t-il.

Photo : Radio-Canada : Serge Bouchard

Radio-Canada

Les régions côtières du Nouveau-Brunswick sont fragilisées et chaque tempête empire la situation un peu plus. Certaines municipalités, dont Charlo, dans le nord du Nouveau-Brunswick, se sont dotées d'un plan pour s'adapter aux changements climatiques.

Un plan doit être mis en œuvre sans tarder, estime Brian Landry, membre du Comité du littoral de Charlo.

Un homme devant la fenêtre de son salon où on voit l'eau.

Brian Landry, membre du Comité du littoral de Charlo, peut constater de près les ravages de l'érosion.

Photo : Radio-Canada : Serge Bouchard

Les eaux de la baie des Chaleurs s'approchent dangereusement de la résidence de la famille Landry, maintenant habitée par Brian.

« Je me souviens quand mon père a acheté le terrain, ici à Charlo. Il y avait un vieil hôtel avec une piscine en arrière. J'imagine qu'il y avait un 150 à 200 pieds de terrain qu'on a perdu depuis ce temps-là. »

— Une citation de  Brian Landry, résident de Charlo

Si la mer a tranquillement creusé la côte au fil des années sans trop se faire remarquer, un événement survenu le 6 décembre 2010 est venu sonner l'alarme.

Une tempête qualifiée de bombe météorologique a causé beaucoup d'érosion dans plusieurs secteurs côtiers de Charlo.a

Des murets et des roches pour contrer l'érosion

Dans les années qui ont suivi, des murets de ciment ont été construits et d'immenses roches ont été placées pour protéger les résidences.

Qu'est-ce qu'on peut léguer à nos générations futures? Je ne voudrais pas qu'on dise : « pourquoi est-ce que vous n'avez pas réagi vous autres ?  », explique Brian Landry.

Cette partie de la berge de la baie des Charleurs a été enrochée pour éviter l'érosion.

Cette partie de la berge de la baie des Charleurs a été enrochée pour éviter l'érosion.

Photo : Radio-Canada : Serge Bouchard

Cet éducateur à la retraite croit qu'on doit agir maintenant pour protéger la communauté face aux changements climatiques.

Ce serait aux gouvernements locaux d'après moi de prioriser cette démarche, pense-t-il.

Celui qui terminera dans quelques semaines un court mandat au sein du conseil municipal de Charlo souhaite mobiliser les citoyens à agir.

C'est devenu urgent. Il faut qu'on fasse quelque chose, exprime-t-il.

Brian Landry souhaite convaincre les élus de la nouvelle entité municipale de Baie-des-Hérons, qui inclut Charlo, d'emboîter le pas avec un plan d'adaptation élargi qui couvrirait l'ensemble du territoire.

D’après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...