•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déneigement à Saguenay : la Ville invite les citoyens à la patience

Steeve Séguin en entrevue avec des représentants des médias dans un entrepôt de la Ville où les engins de déneigement sont garés.

Le directeur adjoint du Service des travaux publics de Saguenay, Steeve Séguin, a rencontré les médias mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Les responsables du Service des travaux publics de Saguenay invitent les citoyens à la patience quant au déneigement et au déglaçage des rues. Le directeur adjoint Steeve Séguin a rencontré la presse mercredi pour expliquer toute la complexité de l'entretien des rues l'hiver.

Cet ingénieur civil a rappelé que la ville de Saguenay compte 1200 kilomètres de rues qu'il faut déneiger dans les deux sens ainsi que 300 kilomètres de trottoirs à déneiger sur 500. Les mois de novembre et de décembre, particulièrement cette année, posent les plus grandes difficultés en raison des fluctuations de température, des précipitations abondantes de pluie et de neige ainsi que de l'absence du soleil sur de longues périodes.

Le sol n’est pas gelé, il est chaud, et le rayonnement solaire est encore fort. La neige est humide et cela fait des effets de lac quand la neige tombe au sol. Vu qu’elle est humide, le trafic qui passe dessus va créer une couche qui va se glacer au sol et ça devient extrêmement glissant et dur à entretenir. C'est tout le contraire de la neige de janvier, qui est dure et sèche et qui est facile à tasser, explique-t-il.

Une dizaine d'engins de déneigement sont entreposés dans un garage.

Des engins de déneigement de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

M. Séguin précise qu'en cas de tempête, on déneige tout d'abord les artères prioritaires, notamment celles des centres-villes, les artères collectrices et les rues des zones scolaires. Il ne sert donc à rien de porter plainte à ce moment-là, ajoute-t-il, tant que les précipitations ne sont pas terminées.

Selon les données utilisées par la Ville, il est déjà tombé 75 cm de neige cet automne, soit près de 30 % de la moyenne annuelle. Il tombe en moyenne 266 centimètres de neige en 59 jours chaque hiver, en plus de 100 millimètres de pluie en dix jours, dont cinq jours de verglas.

L'ajout de calcium ne répondrait pas à tous les besoins. Le sel est inutile s'il fait trop froid et il devient dangereux dans la neige puisque cela crée de l'eau qui va geler par la suite.

De la même façon, le mélange de sable et de pierre concassée qui sert d'abrasif est efficace principalement sur des surfaces glacées ou lors de précipitations abondantes. Selon Steeve Séguin, l'abrasif partira au vent ou sera emporté par les camions de déneigement s'il n'est pas utilisé aux bons endroits et aux bons moments.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !