•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Bérubé demande au ministère de la Culture d’honorer Victor-Lévy Beaulieu

Une photo de Pascal Bérubé, qui répond aux questions des journalistes.

Pascal Bérubé est le député du Parti québécois dans Matane-Matapédia. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le député et porte-parole péquiste en matière de culture, Pascal Bérubé, demande au ministre de la Culture de récompenser l'auteur Victor-Lévy Beaulieu. L'auteur a refusé un prix littéraire assorti d'une bourse de près de 14 000 dollars, ne pouvant se rendre en France pour le recevoir en raison de sa santé.

Pascal Bérubé demande au ministre Mathieu Lacombe de remettre à l'écrivain la même somme que celle qu’il devait obtenir en France. En octobre, Victor-Lévy Beaulieu a refusé le Prix de la langue française, qui est décerné annuellement à la Foire du livre de Brive par l'Académie française et l'Académie Goncourt.

L'auteur de Trois-Pistoles a indiqué aux responsables que son état de santé ne lui permet pas de se déplacer aussi loin. Or, la présence de l'auteur à l'événement était une condition pour obtenir le prix, qui est accompagné d'une bourse de 10 000 euros.

Une photo de VLB.

L'organisation de la Foire du livre de Brive exigeait la présence de Victor-Lévy Beaulieu pour qu'il reçoive ce prix, mais il ne peut plus se déplacer en raison de son état de santé (archives).

Photo : Radio-Canada

Victor-Lévy Beaulieu serait devenu le premier québécois à recevoir le prestigieux prix, qui récompense un auteur pour sa contribution à la langue française. Il a finalement été décerné à la journaliste et écrivaine Nathacha Appanah, originaire de l'île Maurice.

Pascal Bérubé propose aussi à Mathieu Lacombe de souligner le geste à Trois-Pistoles, où vit l'écrivain. C'est la moindre des choses pour un auteur qui fait rayonner la culture québécoise, explique le député péquiste. Il affirme que la mésaventure vécue par Victor-Lévy Beaulieu l'a attristé, ce qui l'a poussé à le contacter pour lui faire part de sa proposition.

Si les Français ne veulent pas lui accorder le prix, uniquement parce qu'il ne peut pas se déplacer, c'est au gouvernement du Québec de lui faire un clin d'œil, croit le député péquiste.

Au moment d'écrire ces lignes, le ministère de la Culture et des Communications n'avait pas répondu aux demandes d'entrevues de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...