•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En C.-B., la crise des surdoses continue inlassablement, avec 179 morts en octobre

Une personne tient une affiche sur laquelle est écrit, en anglais, que « chaque mort est un échec des politiques sur les drogues ».

Chaque mort est causée par l'échec des politiques sur les drogues, clame cette personne participant à un rassemblement à Victoria qui marque les 6 années passées depuis que la Colombie-Britannique a déclaré que les surdoses étaient une urgence de santé publique. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

Les drogues illicites continuent de tuer en Colombie-Britannique. En octobre, 179 personnes sont mortes à cause de surdoses, pour un total de 1827 morts au cours des 10 premiers mois de 2022. La moyenne se maintient à environ 6 morts par jour.

L'augmentation de la toxicité et de la variabilité de la composition des drogues sur le marché illicite a créé un environnement qui signifie que toute personne qui en consomme risque sa vie, comme l'explique la coroner en chef de la province, Lisa Lapointe.

« Cette vulnérabilité est d'autant plus grande pour les personnes qui vivent à l'extérieur des grands centres urbains, où est offert la majorité du nombre limité de programmes d'approvisionnement sécuritaire. »

— Une citation de  Lisa Lapointe, coroner en chef de la Colombie-Britannique

Parmi les 1827 personnes mortes à cause de surdoses cette année, 453 vivaient à Vancouver, soit 25 %.

Prince George et Nanaimo ont déjà enregistré plus de décès dus aux surdoses en 2022 qu'au cours de n'importe quelle autre année, selon le bureau du coroner, qui ajoute que la Régie de l'île de Vancouver et la Régie du Nord sont également en voie d'afficher un triste bilan record pour l'année.

78 % sont des hommes

Statistiques publiées pour 2022 :

  • 70 % des victimes étaient âgées de 30 à 59 ans;
  • 78 % étaient des hommes;
  • les régies de santé de Vancouver Coastal (511) et du Fraser (547) ont signalé le plus grand nombre de décès, pour un total de 58 % des 1827 décès de l'année;
  • la régie de santé du Nord affiche le plus important taux de mortalité dû aux surdoses : 56 pour 100 000 habitants, suivie de la régie de santé Vancouver Coastal, avec 49 pour 100 000 habitants;
  • le taux moyen de morts par surdose est de 42 pour 100 000 habitants pour la province;
  • il n'y a eu aucun décès par surdose dans des centres de consommation supervisée de drogues;
  • aucune des analyses toxicologiques effectuées post-mortem n'a relevé d'indication que des drogues sécuritaires prescrites ont joué un rôle quant au nombre de morts par surdose dans la province.

Dans une déclaration écrite, la ministre provinciale de la Santé mentale et des Dépendances, Sheila Malcolmson, affirme que son gouvernement fait des efforts pour contrer la crise. Nous multiplions et varions notre approche pour répondre à cette crise de santé publique afin de mettre fin à ces terribles pertes de vie en raison de drogues empoisonnées, déclare-t-elle.

Nous suivons les avis des experts et de ceux qui vivent au cœur de la crise », ajoute-t-elle. « Cette semaine, nous publierons le Cadre d'action pour le système de soins aux adultes dépendants aux drogues.

Sheila Malcolmson souligne que cela fait suite à une des recommandations du bureau du coroner dans son rapport sur la crise, publié en mars 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...