•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatchewan First Act : des députés néo-démocrates soutiennent le projet de loi

Nicole Sarauer au milieu d'une mêlée de presse à l'Assemblée législative.

Nicole Sarauer affirme que le NPD s'inquiète de l'absence de consultation, en ajoutant que l'opposition officielle souhaite que le projet de loi soit soumis au comité. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Radio-Canada

Six députés néo-démocrates se sont joins aux 37 députés du Parti saskatchewanais, votant en faveur du « Saskatchewan first Act » lundi pendant la deuxième lecture du projet de loi.

Présenté au début du mois de novembre, le projet de loi Saskatchewan first Act vise à confirmer la compétence provinciale sur les ressources naturelles de la province.

Les six députés néo-démocrates qui ont voté pour le Saskatchewan first Act sont Doyle Vermette, Vicki Mowat, Trent Wotherspoon, Matt Love, Meara Conway et Jennifer Bowes.

Le projet de loi est en grande partie un copier-coller de ce qui existe déjà dans la Constitution. Donc, bien sûr, nous soutenons ces choses , explique la cheffe parlementaire du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NDP), Nicole Sarauer.

Cependant, la cheffe de l'opposition officielle affirme que le NPD de la Saskatchewan s'inquiète de l'absence de consultations. Le parti souhaite que le projet de loi soit soumis à un comité parlementaire.

C'est à ce moment-là que nous pourrons poser les questions pour lesquelles les intervenants veulent des réponses aux fonctionnaires , précise-t-elle.

De son côté, le chef parlementaire du Parti saskatchewanais, Jeremy Harrison, rappelle les traditions procédurales de la Chambre des communes et les descriptions de la façon dont les lois sont élaborées sur le site web de l'Assemblée législative provinciale.

Il ajoute que le NPD de la Saskatchewan avait la possibilité de s'opposer au projet de loi.

Jeremy Harrison devant un micro.

Le chef parlementaire du gouvernement, Jeremy Harrison, affirme que les députés néo-démocrates auraient pu exprimer leurs préoccupations en votant contre le projet de loi. (Archives)

Photo : CBC/Matt Duguid

Sur la base de cette logique, ils devraient voter en faveur de tout le projet en deuxième lecture pour l'envoyer au comité si c'est ce qu'ils croient vraiment, affirme Jeremy Harrison.

La deuxième lecture est censée être un débat général sur le principe d'un projet de loi. Cependant, le site web de la Chambre des communes indique que l'adoption d'une motion de deuxième lecture est équivalente à l'approbation par la Chambre du principe du projet de loi.

Avec les informations d’Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...