•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travaux sont en cours pour réduire la liste d’attente en psychiatrie en Estrie

Assis sur un lit, un patient d'un hôpital psychiatrique regarde par la fenêtre.

Les 115 lits du département de psychiatrie du CHUS–Hôtel-Dieu sont continuellement occupés.

Photo : Radio-Canada

Sur papier, il n'y a pas de poste de psychiatre vacant au CIUSSS de l'Estrie - CHUS. Dans les faits, « il y a encore des psychiatres qui sont absents pour des raisons personnelles ou pour des congés de maladie ». La situation est donc similaire à celle de l'an dernier, lorsque Radio-Canada avait rapporté qu'au moins cinq psychiatres étaient absents au CHUS–Hôtel-Dieu pour des raisons de santé ou pour des congés de maternité.

La cheffe du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), la Dre Annick Michaud, soutient que dans la dernière année, des collègues sont venus remplacer des psychiatres qui étaient absents. Ils nous ont donné un grand coup de main. Ça a été très positif.

Malgré tout, les besoins sont criants, selon les dernières données disponibles sur le site du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Au total, 1477 personnes sont présentement en attente de services en santé mentale en Estrie. À pareille date l'an dernier, elles étaient 354 à attendre une consultation avec un psychiatre uniquement au CHUS.

Des travaux de restructuration de la trajectoire de soins sont en cours pour réduire cette liste, affirme la Dre Michaud. On évalue les portes d'entrée des patients et les soins qu'on leur offre. On est aussi en train d'évaluer l'arrimage pour leur sortie, lorsqu'ils n'ont plus besoin de nos services, pour s'assurer qu'ils aient des services adéquats auprès de leur médecin de famille, des organismes communautaires ou du CLSC, donne-t-elle en exemple.

De plus, on cherche à mettre davantage en avant le travail d'équipe dans cette réorganisation. On veut faire appel aux compétences de différents spécialistes comme des infirmières, des ergothérapeutes, des travailleurs sociaux. On pense que ce travail interdisciplinaire va être très bénéfique pour la population et va accroître l'accessibilité de nos soins, espère la Dre Michaud.

Les prochains défis

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS compte 115 lits en santé mentale qui sont tous occupés et qui l'ont été de manière presque constante au fil des dernières années. Les travaux de restructuration ont pour objectif de réduire la pression à ce chapitre-là également. On veut miser sur le fait d'avoir accès à des places d'hébergement post-hospitalisation pour des usagers qui ne bénéficieraient pas de soins à domicile mais qui ont besoin d'un encadrement plus grand. On a un certain nombre de ces usagers qui sont en attente d'une telle place dans nos lits d'hospitalisation, dit-elle.

La direction du département de psychiatrie du CHUS mise aussi sur le renforcement de sa clinique externe et sur le travail interdisciplinaire pour que les hospitalisations soient plus courtes et pour avoir des solutions alternatives aux hospitalisations, ajoute la Dre Michaud.

« On veut se sortir de cette situation où nos lits sont pleins et où les gens attendent à l'urgence. »

— Une citation de  La Dre Annick Michaud, cheffe du département de psychiatrie du CHUS

Appelez à Info-Social 811 pour obtenir de l’aide ou de l’information concernant votre santé mentale ou celle d’un proche.

Communiquez avec la ligne d’aide et de prévention du suicide au 1 866 APPELLE (277-3553) si vous pensez au suicide ou si vous vous inquiétez pour un proche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...