•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Mission d’Ottawa accueille de nouveau des repas à l’intérieur, 32 mois plus tard

Des personnes servent un repas derrière un comptoir.

Non seulement La Mission d'Ottawa permet de nouveau aux clients de s'asseoir à nouveau à l'intérieur, mais elle organisera également son repas de Noël à l'intérieur cette année, le dimanche 18 décembre, de 11h à 17h.

Photo : Gracieuseté Mission d'Ottawa

Radio-Canada

Après 32 mois, les niveaux de COVID-19 sont suffisamment bas pour que les usagers de La Mission d’Ottawa puissent de nouveau se rassembler.

Ceux qui fréquentent La Mission d'Ottawa sont comme une famille pour Alfred Grady.

L'homme de 60 ans raconte que le refuge, avec ses visages amicaux et son atmosphère chaleureuse, marque profondément ceux qui traversent les périodes les plus sombres de leur vie.

Cet endroit me donne la possibilité d'être moi-même, dit M. Grady, qui est lui-même sans abri.

Pour la première fois en 32 mois, les usagers de La Mission d'Ottawa peuvent à nouveau franchir ses portes, s'asseoir dans la salle à manger et savourer un repas chaud.

Seuls ceux qui vivent à l'abri pouvaient manger à l'intérieur pendant la pandémie Le personnel était chargé de s'assurer que la règle était bel et bien respectée.

La Mission d'Ottawa vue de l'extérieur.

La porte bleue de la Mission d'Ottawa donnant sur la rue Waller est de nouveau ouverte aux clients.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Depuis le 17 mars 2020, le refuge ne servait que des plats à emporter par mesure de précaution afin d’éviter la propagation de la COVID-19 et une potentielle éclosion. Depuis lundi, ses portes sont de nouveau ouvertes.

La Mission a pris cette décision après des discussions avec Ottawa Inner City Health et Santé publique Ottawa. Les deux organisations ont confirmé au refuge que la COVID-19 avait suffisamment décliné pour que des usagers puissent à nouveau se rassembler à l'intérieur.

Le masque et d'autres mesures sanitaires continueront toutefois d’être en place.

Un esprit de partage et de don

Le PDG de La Mission d'Ottawa, Peter Tilley, estime que pour certaines personnes, manger un repas à côté d'autres personnes peut avoir un impact significatif.

Il y a une grande différence entre prendre un repas à emporter, puis retourner dans sa chambre, ou venir ici et se retrouver dans la cuisine ou dans la salle à manger — il y règne un esprit de partage et de don, dit M. Tilley.

Le refuge a servi deux repas à emporter chaque jour depuis le début de la pandémie. Il fournira désormais trois repas quotidiens.

Le PDG de la Mission d'Ottawa, Peter Tilley, dans une salle à dîner.

Le PDG de la Mission d'Ottawa, Peter Tilley, juge que la journée de lundi a été «l'une des journées les plus motivantes» du refuge, alors que les clients rentraient à l'intérieur pour un repas chaud.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

M. Tilley a qualifié la journée de lundi comme l'une des journées les plus motivantes à La Mission, alors qu’on pouvait observer un personnel revigoré par une salle à manger bondée et la gratitude dans les yeux de ceux qui s'asseyaient pour manger, raconte-t-il.

Tant de personnes qui étaient autrefois à l'extérieur sont maintenant à l'intérieur, dit-il.

Le retour du repas de Noël

Les huit repas spéciaux, de Pâques 2020 à la dernière Action de grâce, ont également dû être annulés au cours des derniers mois.

Mais cette année, les résidents, les femmes, les enfants et les familles pourront de nouveau se rassembler pour le repas de Noël, se réjouit M. Tilley.

La réouverture de La Mission d'Ottawa signifie également que les services à la clientèle, uniquement disponibles pour les résidents du refuge pendant la pandémie, peuvent désormais être fournis à toute la communauté au sens large.

M. Grady explique qu’il fréquente La Mission depuis les années 1990, venant souvent parler avec le pasteur. La pandémie a été difficile pour les usagers du refuge, raconte-t-il, lui qui a passé 25 ans à faire des allers-retours en prison, tout en luttant contre la consommation de drogue.

C'est tellement mieux quand les membres de la communauté peuvent s'asseoir les uns à côté des autres, a-t-il dit, et établir des liens humains.

Nous sommes tous une famille, dans un certain sens, dans notre propre petite place, dit-il. C'est ma famille, même si je ne fais que des allers-retours.

Avec les informations de Joseph Tunney, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...