•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d’Elisabeth Salm à Ottawa en 2018 : au tour de l’accusé de témoigner

Tyler Hikoalok reçoit un prix.

Tyler Hikoalok a été accusé du meurtre au premier degré d'Elisabeth Salm (archives).

Photo : tr1bemusic.com)

Radio-Canada

Accusé de meurtre au premier degré, Tyler Hikoalok a témoigné, mardi, lors de la reprise de son procès à Ottawa. Il a déjà plaidé non coupable pour la mort d’Elisabeth Salm, une bibliothécaire décédée en 2018 sur son lieu de travail, la salle de lecture de la Science Chrétienne.

Après une pause de huit semaines, l’avocat de la défense Brook Laforest a averti les membres du jury qu’ils allaient entendre des témoignages sur les effets de l’abus d’alcool, y compris des épisodes de pertes de connaissance provoquées par l’alcool.

Le premier témoin de la défense a été Tyler Hikoalok lui-même. Il a raconté être né à Cambridge Bay, une communauté située sur le territoire du Nunavut, mais avoir passé son enfance dans divers foyers en Alberta et en Ontario. Il a finalement emménagé dans une famille d’accueil d’Ottawa, à 13 ans.

Il a dit avoir rencontré sa mère biologique à l’âge de 10 ans et n'avoir jamais rencontré son père biologique.

Le jury l’a également écouté raconter comment il a commencé à boire de l’alcool, à 11 ans, et que, plus récemment, il a eu des épisodes de consommation d’alcool qui l'ont amené à ne se souvenir de rien, alors qu'il était gravement intoxiqué.

Une femme debout dans un téléphérique.

Elisabeth Salm, 59 ans, a été retrouvée sauvagement battue sur son lieu de travail. Elle est décédée le lendemain (archives).

Photo : Facebook

Son autre avocat, Michael Smith, a ensuite diffusé une vidéo de surveillance prise à l'extérieur de la salle de lecture, le matin du 24 mai 2018. On peut y voir un homme correspondant à la description de M. Hikoalok entrant, puis sortant de la bibliothèque une heure et vingt minutes plus tard.

L’accusé, maintenant âgé de 22 ans, a confirmé que la personne dans la vidéo semble être lui. Il a expliqué avoir commencé à consommer de l’alcool, la veille, avec des amis et qu’il n’a aucun souvenir d’avoir mis les pieds dans la bibliothèque.

Le procureur de la Couronne, Brian Holowka, a poussé Tyler Hikoalok à expliquer pourquoi il est vu dans la vidéo marchant de manière normale s'il était dans un état de perte de conscience en raison de l'alcool.

Il a demandé pourquoi l'ADN de M. Hikoalok a été trouvé sur la porte arrière de la bibliothèque et non à l'entrée principale, et pourquoi il est filmé en train de marcher plus vite en quittant la bibliothèque qu'en y arrivant.

Le procureur a suggéré que c'était parce que l'accusé avait commis une agression, qu’il essayait d'éviter d'être repéré, et que son comportement contredit son témoignage selon lequel il était gravement intoxiqué.

En réponse, Tyler Hikoalok a dit une fois de plus qu'il n'a aucun souvenir de ce matin-là.

L'accusé contesté sur ce qu'il a dit lors de son arrestation

La Couronne l’a également interrogé sur ce qu'il a dit aux policiers qui l'ont arrêté le 27 mai 2018, trois jours après l'attaque.

Plus tôt dans le procès, le policier Steve Luchies a témoigné, racontant que lors de l'arrestation à l'angle des rues Rideau et Nelson, le suspect lui a parlé après avoir été menotté, mais avant que l'agent lui lise ses droits.

Steve Luchies, se référant à ses notes, a dit à la cour que Tyler Hikoalok lui avait dit : J'étais ivre mort il y a deux jours... Je ne savais pas que j'avais tué quelqu'un.

Tyler Hikoalok marche dans la rue.

Une photo de Tyler Hikoalok prise par la police d’Ottawa avant son arrestation, en mai 2018. La photo a été présentée comme preuve, lors du procès (archives).

Photo : Fournie par la Cour supérieure de justice de l’Ontario, comme preuve

Lors du contre-interrogatoire, Brian Holowka a demandé à l’accusé comment il aurait pu savoir au moment de l'arrestation qu'il était accusé d'un meurtre survenu il y a quelques jours, puisque les policiers ne lui avaient pas encore dit quand l'agression avait eu lieu.

Le procureur a suggéré que Tyler Hikoalok savait qu'il avait agressé Elisabeth Salm, mais qu’il ne savait pas qu'elle était décédée plus tard de ses blessures.

En réponse, il a dit que les officiers lui avaient probablement dit quand la mort était survenue.

Le contre-interrogatoire de l’accusé doit se poursuivre mercredi.

Avec les informations de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...