•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

10 albums passés sous le radar en 2022

Le rappeur Seinssucrer.

SeinsSucrer est l’un des jeunes rappeurs les plus prometteurs au Québec, selon le chroniqueur Félix B. Desfossés.

Photo : Gracieuseté de l'artiste

Chaque année, bon nombre d’albums parus au Québec passent complètement sous le radar des médias, que ce soit parce qu’ils sont trop nichés, parce qu’ils sont en anglais – les quotas des radios francophones faisant obstacle à une grande part de ces productions – ou parce qu’ils souffrent d’une promotion déficiente.

Peu importe, plusieurs de ces artistes méritent clairement qu'un public plus large les découvre. Voici une liste non exhaustive de talents musicaux de grande qualité qui méritent votre attention.

Nicholas Craven – l’ensemble de l’œuvre en 2022

Pour Nicholas Craven, 2022 a été l’année de son envol. Le Gatinois est passé d’artiste de l’ombre à concepteur rythmique de calibre international, faisant carrière en France, aux États-Unis et ici même au Québec. Pourtant, qui a parlé de ses exploits dans les médias? Si peu de gens… En décembre 2021, j’affirmais qu’il était l’artiste d’ici que j’allais surveiller le plus en 2022 et je dois admettre que je n’aurais jamais pensé qu’il dépasserait mes attentes à ce point.

Parmi les nombreuses collaborations qu’il a mises en œuvre au cours des derniers mois, soulignons qu’il a produit intégralement les rythmes des opus Latin Quarter Pt. 1 et Pt. 2, du légendaire rappeur français Akhenaton, principale figure du groupe Iam. Aux États-Unis, il a conçu les rythmes de l’album Fair Exchange No Robbery, du rappeur Boldy James.

Ce dernier est membre de Griselda, locomotive du renouveau du rap américain, tourné vers l'échantillonnage et les sons soul. On y retrouve l’importance du texte, que ce soit dans sa livraison ou sa poésie, et le collectif s’éloigne de la lourdeur du trap, du drill ainsi que de l'esthétique froide et des refrains bidons nappés d’ajustements automatiques d'intonation (autotune) typiques du rap commercial.

Ce ne sont là que deux de ses grandes collaborations de l’année, et ce qui me sidère, c’est que la qualité est constamment au rendez-vous, malgré le haut débit de production. Espérons que le sirop demeurera riche longtemps.

SeinsSucrer – Pushe le whip

Dans la même veine de conception rythmique que Nicholas Craven, le Montréalais Stack Moolah s’est lui aussi imposé en 2022. Ses collaborations avec des rappeurs américains (Rome Streetz, membre de Griselda) et locaux (Loud, notamment) l’ont fait briller. C’est son travail avec SeinsSucrer – l’un des jeunes rappeurs les plus prometteurs au Québec – pour le microalbum Pushe le whip qui a le plus tourné chez moi en 2022.

C’est l’une des meilleures collaborations en rap québécois cette année, selon moi. Une fois qu’on passe par-dessus son étrange nom d’artiste et qu’on s’habitue à sa prononciation particulière (inspirée du style de Westside Gunn, aussi membre de Griselda), SeinsSucrer se révèle un rappeur redoutable avec des textes capables de profondeur et de références culturelles admirables. De plus, sa livraison est digne des grands cracheurs.

SeinsSucrer a peut-être trop produit en 2022. J’aurais aimé une production plus sélective, mieux tassée. Il va sans dire qu’il est prolifique. Il trouvera son rythme plus tôt que tard.

Narcisse – La fin n’arrive jamais

L'identité de genre et l'orientation sexuelle sont deux éléments complémentaires au centre de tellement de débats sociaux en 2022. Toutefois, ces tensions cachent aussi des histoires humaines authentiques. On oublie que la discussion sur ces sujets a lieu parce que la remise en question et l’affirmation sont au cœur des réflexions de milliers de personnes. Dans ce tourbillon, Narcisse propose La fin n’arrive jamais, un album qui embrasse ces questions dans un tout artistique unique et subtil, évitant les écueils et stéréotypes que cela pourrait engendrer.

Au contraire, s’appuyant sur son vécu, l’artiste allie des textes profondément introspectifs à des rythmes qui donnent le goût de danser, proches de la musique house des années 90. À d’autres moments, Narcisse nous fait flotter dans un flou musical qui illustre à merveille ce type de questionnements. C’est un grand album qui aurait certainement mérité davantage d’attention médiatique, puisqu’il s’agit d’un superbe polaroid artistique des transformations sociales actuelles.

ModLee – Soul Urge

C’est le premier album par une femme paru sous l'étiquette Disques 7ième Ciel. C’est du R'n'B de haut calibre et c’est made in Québec City. ModLee, membre en règle de la grande famille Alaclair Ensemble, avait lancé un premier microalbum solo il y a quelques années et avait prêté sa voix à de nombreuses chansons à l’occasion de différentes collaborations. J’avais très hâte d'entendre son premier album complet et je n’ai pas été déçu.

Réalisé par son partenaire de vie, l'ultratalentueux concepteur rythmique Vlooper, Soul Urge met en valeur le ton unique et envoûtant de ModLee tout en l’accompagnant de trames musicales créatives et profondes. Bien qu’elle ait été invitée au Festival international de jazz de Montréal, ModLee n’a pas obtenu une reconnaissance médiatique à la hauteur de la qualité de l’album qu’elle a livré.

Saints Martyrs – Mythologie de dernier recours

Mythologie de derniers recours est l’une des excellentes surprises rock de l’année. Saints Martyrs est un groupe de Québec qui dit faire de l'art punk. Il faut donc s’attendre à des sonorités grunge, post-punk, psychédéliques, alouette.

La liste de collaboratrices et collaborateurs de ce disque est très intéressante. Lou-Adriane Cassidy prête sa voix au premier extrait, Minotaure. Navet Confit signe la réalisation. Keith Kouna et Rox Arcand (Enfants Sauvages) ouvrent l’album sur Chien de garde. Le tout ayant été lancé le 10 novembre dernier, on peut penser que le groupe Saints Martyrs fera parler de lui davantage en 2023.

Pataugeoire – Num2Num

Agathe Dupéré, alias Pataugeoire, continue son ascension tranquille. Son microalbum précédent s’était retrouvé sur ma liste des disques passés sous le radar l’an dernier. Non seulement accompagne-t-elle Safia Nolin sur scène depuis un bon bout de temps, mais elle semble aussi se joindre de plus en plus régulièrement aux Shirley lors de différentes prestations.

Sur Num2Num, la réalisation de trois pièces sur quatre est assurée par Félix Petit, le fameux collaborateur de l’ombre des Louanges et d’Hubert Lenoir. L’indie rock intimiste de Pataugeoire prend parfois des allures artisanales qui peuvent rappeler Avec pas d’casque, alors que certaines guitares peuvent évoquer le slowcore/post-rock de Duster. On a souvent l’impression de se retrouver devant une confession brodée de fil de soie, devant une vulnérabilité dont peu d’autres sont capables, sinon Julie Doiron.

Naïma Frank – Petite fille devient grande

C’est exactement ce dont le Québec a besoin : une musique urbaine composée avec goût et avec soin, interprétée en français, avec des accents jazz, des textes universels, le tout dans une enveloppe R'n'B accessible à tout le monde. Je parlais de Naïma Frank récemment dans une chronique sur la renaissance que connaît présentement le R'n'B au Québec.

Laroie – Speed of Life et SOL Remix Selection

À l’automne 2021, la chanteuse Laroie faisait paraître son microalbum Speed of Life, sur lequel on pouvait découvrir sa voix flottante, quasi mystique, qui me rappelle le ton sulfureux de Beth Gibbons de Portishead. On y proposait une trame évolutive passant en douceur du R'n'B à la musique house. Un joli tour de force, tout en subtilités, mais aussi en phase avec une tendance sonore très actuelle.

En 2022, elle a fait paraître deux superbes simples : Bittersweet (avec Shah Frank) ainsi que Keep Hiding (Way Back), en plus de s’illustrer sur l’album hommage à Aquanaute, d’Ariane Moffat, avec sa reprise de Sur ton parallèle.

Au début de 2022, un microalbum de pièces de Speed of Life remixées, SOL Remix Selection, est arrivé sur les plateformes. Ces remâchages électros lui vont à merveille, en particulier ceux de Gene Tellem et de Gabriel Rei, deux artistes avec qui Laroie collabore également pour le groupe Secret Witness, qui promet une nouvelle sortie en 2023.

Magi Merlin – Gone Girl / Funkywhat – Surf Juice

Il faut suivre de près la Montréalaise Magi Merlin et son entourage, dont son principal producteur de rythmes, Funkywhat. Sur Gone Girl, paru en mai 2022 via Bonsound, elle incarne musicalement le renouveau R'n'B alternatif international, et elle en fait sa propre affaire avec un rare aplomb.

Sur scène, d’ailleurs, elle propose une livraison beaucoup plus rock de ses chansons que sur album, avec batteur et bassiste. Sa pièce Pissed Black Girl, tant pour son amalgame de house et de R'n'B – non sans rappeler les rythmes de Kaytranada – que pour son titre irrévérencieux, fait partie des chansons de l’année parues au Québec, à mon avis.

En parallèle, Funkywhat a aussi fait paraître, sans tambour ni trompette, un excellent album en novembre dernier, Surf Juice, qui mène l’auditoire du rap à des expérimentations électroniques beaucoup plus audacieuses que ce à quoi il est habitué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...