•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Dubreuil et l’élite mondiale du patinage débarquent à Québec

L'athlète du Canada en pleine action sur la patinoire.

Reportage de Guillaume Piedboeuf.

Photo : afp via getty images / SEBASTIEN BOZON

Comme son père Robert trente ans plus tôt, Laurent Dubreuil aura la chance de se frotter à l’élite mondiale du patinage de vitesse à la maison. À compter de vendredi, le Centre de glaces de Québec est le théâtre des championnats des quatre continents.

Directeur général de Patinage de vitesse Québec, Robert Dubreuil se rappelle très bien de la dernière compétition internationale de patinage longue piste tenue dans la province. La Coupe du monde de Sainte-Foy, en 1992, avait été la dernière course de sa carrière d’athlète.

J’étais un sprinteur, mais j’avais participé au 1500 m. Évidemment, fiston vient de me rappeler que j’avais terminé 32e sur 45 patineurs et qu’il ne pourra pas faire pire que moi, lance-t-il en riant, son fils à ses côtés.

Laurent Dubreuil était encore dans le ventre de sa mère en mars 1992. Pour le champion du monde en titre au 500 m et ses coéquipiers québécois, la compétition de cette fin de semaine sera une grande première.

C’est énorme comme moment parce que ça fait tellement longtemps qu’on espérait vivre ça chez nous. Calgary, ce n’est pas chez nous. Pour vous donner une idée, mon frère et ma sœur ne m’ont jamais vu en compétition internationale.

Laurent Dubreuil se prépare pour les Championnats des quatre continents de patinage de vitesse qui seront présentés à Québec.

La crème du 500 m

Tenus pour la troisième fois, les Championnats des quatre continents se veulent une réplique aux championnats européens. Une compétition pour les patineurs du reste de la planète.

Les Européens ont leur championnat depuis 150 ans et on voulait un certain équilibre dans le calendrier. Une chance de plus de compétitionner contre les meilleurs au monde, décrit le patineur lévisien.

Ils posent pour une photo de groupe.

Les patineurs de vitesse longue piste québécois trépignent à l'idée de participer à une première compétition internationale en sol québécois. Debout: Valérie Maltais, Rose Laliberté-Roy, Laurent Dubreuil, Antoine Gélinas-Beaulieu, Christopher Fiola, David Larue, Jordan Belchos. Assis : Béatrice Lamarche, Cédrick Brunet, Hubert Marcotte

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Lui qui n’a encore jamais remporté de titre des quatre continents, Dubreuil devra être à son meilleur, vendredi après-midi, au 500 m. Car si l’absence des puissants Néerlandais affaiblit le peloton dans les plus longues distances, les meilleurs sprinteurs de la planète seront à Québec en fin de semaine.

Au 500 m, c’est plus fort ici qu’au championnat européen. Je suis premier au monde et Yuma Murakami est deuxième. Jun-Ho Kim est cinquième, Chris [Fiola] est huitième et à cela s’ajoute le médaillé d’argent des derniers Jeux olympiques [Cha Min-kyu], relate le champion du monde.

Un pas de plus vers une Coupe du monde

Et Laurent Dubreuil ne s’en cache pas. Après les championnats canadiens, début octobre, la compétition internationale de cette fin de semaine sert en quelque sorte à mettre la table pour une future épreuve de la Coupe du monde au Centre de glaces.

Si on a un bon championnat et qu’on prouve à l’Union de patinage internationale qu’on est capable d'organiser des événements comme ça en longue piste, la prochaine étape, c’est la Coupe du monde et je pense que ça va arriver assez vite.

Un avis partagé par Robert Dubreuil, qui a déjà commencé des démarches au nom de Patinage de vitesse Québec. Une Coupe du monde, c’est ce qu’on vise. Est-ce que c’est dans un an, deux ans ou trois ans? Difficile à dire, mais le plus vite possible.

En plus de Laurent Dubreuil, trois autres patineurs originaires de la grande région de Québec, Béatrice Lamarche, Rose Laliberté-Roy et Hubert Marcotte, seront en action cette fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...