•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une direction d’écoles à Sept-Îles intervient après la publication de vidéos de bagarre

Une personne utilise son téléphone.

La direction de ces écoles a été avisée de cet incident puisque des intervenants ont rapidement mis fin à la bagarre (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La direction des écoles secondaires Jean-du-Nord et Manikoutai, à Sept-Îles, confirme être intervenue rapidement pour faire cesser une bagarre « impressionnante » devant le terrain de ces établissements la semaine dernière.

Des images d’une bagarre entre deux élèves, prises par des jeunes qui ont assisté à l’incident, se sont retrouvées sur les réseaux sociaux.

La directrice des deux écoles secondaires, Marie-Ève Murray, reconnaît que la vue de ces images sur Internet pourrait choquer certaines personnes.

Elle considère que même si cette situation demeure exceptionnelle dans ses écoles, les bagarres entre jeunes ne sont pas un phénomène nouveau.

Auparavant, on disait souvent qu'on se donnait rendez-vous aux [supports à vélo]. Ce genre de situation était fréquent. Par contre, ce n'était pas alimenté par les réseaux sociaux. À voir les vidéos circuler, on comprend très bien que c’est inquiétant pour les élèves qui fréquentent l’école, pour les parents, naturellement, et pour les intervenants aussi, dit Mme Murray.

Marie-Ève Murray est debout dans un bureau de travail.

La directrice des écoles secondaires Jean-du-Nord et Manikoutai, Marie-Ève Murray

Photo : Radio-Canada / Lambert Gagné-Coulombe

Des bagarres à la polyvalente Jean-du-Nord

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Bonjour la Côte

Bonjour la côte, ICI Première.

Elle ajoute que le fait d'avoir des preuves vidéo peut aussi permettre d'améliorer le type d'intervention.

[Avec les vidéos], on est capables de voir qui était présent, d’être proches et à l’écoute des jeunes, puis d’essayer de comprendre ce qui a été à l'origine de la bataille, précise Mme Murray.

De nombreux élèves s'étaient regroupés autour des jeunes qui se bagarraient. La directrice considère important d’intervenir aussi auprès d’eux.

On travaille à envoyer un message clair [pour indiquer] que ce n’est pas acceptable [de publier ces vidéos en ligne] et que ça laisse des traces. Quand ça circule sur les réseaux sociaux, ça reste longtemps, ajoute-t-elle.

Selon Marie-Ève Murray, la direction de ces écoles a été avisée de cet incident puisque des intervenants ont rapidement mis fin la bagarre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...