•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition pour démystifier les angles morts de la violence faite aux femmes

Deux tableaux illustrant des mains sont suspendus à un mur.

Le reportage de Katy Cloutier

Photo : Radio-Canada

Des oeuvres collectives pour sensibiliser aux différentes formes de violence à l’égard des femmes : voilà l’objectif de l’exposition Les angles morts, initiée par la maison d’hébergement pour femmes et enfants Le FAR et présentée jusqu’au 6 décembre à Trois-Rivières.

Le projet fait partie des nombreuses actions organisées en Mauricie-Centre-du-Québec dans le cadre de la campagne annuelle des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes.

Sur les murs du Caféier, 12 toiles proposent autant de contextes de vulnérabilité et de façons de voir cette violence que Le FAR et ses partenaires veulent démystifier. C'est vraiment de faire parler les gens, de sensibiliser à propos de cette violence et de se rendre compte qu'elle est beaucoup plus près qu'on le pense. Des fois, on se dit malheureusement que ce qui se passe chez le voisin reste chez le voisin. On a tous notre façon de voir la violence et son angle mort , raconte la directrice adjointe du FAR, Lyne Bourgelas.

Les oeuvres ont été réalisées par les membres de différents organismes qui soutiennent les femmes, comme le centre d’emploi pour femmes Le Pont, le Service d’accueil des nouveaux arrivants ou encore le centre des femmes L’Héritage.

« Cette exposition, c'était pour mettre en lumière les perceptions que chaque organisme peut avoir de la violence faite aux femmes. On ciblait des organismes qui représentent les vulnérabilités que peuvent avoir les femmes, comme des femmes qui vivent en région éloignée, en situation de handicap ou encore la barrière de la langue et de la culture. »

— Une citation de  Julie Pagé, chargée de projet, Le FAR

Des mains unies

Parmi les participants, les membres du Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières ont choisi d'unir leurs mains pour honorer filles, mères, et soeurs.

Deux toiles avec des mains peintes sont suspendues sur un mur.

Les oeuvres créées par les membres du Centre d'amitié autochtone de Trois-Rivières et du centre des femmes L'Héritage.

Photo : Radio-Canada

La première idée qui m'est venue en tête, c'est les femmes autochtones assassinées et disparues et les survivantes des pensionnats , confie Vicky Moar-Niquay, animatrice de milieu de vie au Centre d'amitié autochtone de Trois-Rivières.

Le projet a une signification particulière pour Yolande Jacob. Se décrivant comme une survivante , l’intervenante culturelle souligne le sens des couleurs choisies. Ça résonne beaucoup en moi, c'est tellement intense et la couleur rouge, c'est nous, les Premières Nations.

Les créations apparaissent aussi comme des synonymes des réseaux de soutien qui se dressent autour des femmes victimes de violence.

Le filet social, c'est ça aussi, le filet qu'on a tendance à vouloir mettre autour de quelqu'un qui vit de la violence conjugale ou tout autre type de violence, renchérit Julie Pagé. Toute seule, on n'arrive pas à sortir du cycle de la violence, tandis que quand on est plusieurs, quand tout le monde se rassemble pour aider, c'est le même principe aussi avec les toiles.

Amorcer le dialogue

Avec cette exposition, Le FAR espère alimenter la discussion et la réflexion et invite la population à oser dialoguer pour diminuer un jour les violences.

Un symbole d’espoir également pour Yolande Jacob : Les mains aussi, ça vient me chercher, parce que je sais que j'arrive de loin, et en même temps, je sais que je m'en sors, et je vais m'en sortir, et pour pouvoir être là encore aujourd'hui, c'est vraiment un message d'espoir.

Les angles morts pourrait devenir une exposition itinérante et circuler pendant un an, jusqu’à la campagne 2023 des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...