•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Matanie se penche sur l’insécurité alimentaire

Des gens assis à des tables dans une salle de conférence.

Le premier Forum Matanie nourricière s'est déroulé mardi au Riôtel Matane.

Photo : Gracieuseté: MRC de la Matanie - Mélodie Pardonnet

C'est sur le thème de l’insécurité alimentaire qu'avait lieu, mardi, le Forum Matanie nourricière. Une centaine de personnes participaient à l'événement.

Cette rencontre était pour les organisateurs le point d'orgue d'une longue réflexion.  Après trois ans de concertation en faveur de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale sur le territoire, on s’est dit qu’on allait refaire un portrait et on a constaté qu’il y avait encore beaucoup de besoins du côté de la sécurité alimentaire , explique Vanessa Caron, directrice au développement territorial à la MRC de la Matanie.

Selon un rapport publié par l’Observatoire québécois des inégalités (OQI) en septembre dernier et les statistiques de l’INSPQ, 15 % des Québécois seraient en situation d’insécurité modérée ou grave depuis la pandémie et la montée de l’inflation.

L’insécurité alimentaire est un accès inadéquat ou incertain à des aliments en quantité suffisante, souvent par manque de ressources financières. Cette insécurité est mesurée également par plusieurs paliers, soit marginal, modéré ou grave.

 Au-delà des chiffres, on le voit bien sur le terrain, les banques alimentaires sont prises d’assaut et ont de la difficulté à répondre à la demande, qui est de plus en plus importante , explique François Fournier, chercheur à l’OQI et invité du Forum Matanie nourricière.

« Il faut s’interroger sur notre modèle actuel de lutte contre l’insécurité alimentaire. »

— Une citation de  François Fournier, chercheur à l’Observatoire québécois des inégalités
François Fournier.

François Fournier est chercheur à l'Observatoire québécois des inégalités.

Photo : Gracieuseté: MRC de la Matanie - Mélodie Pardonnet

Au Bas-Saint-Laurent, on a 45 % de la population qui vit en milieu rural et parmi cette population rurale, 23 % vivent en situation de désert alimentaire, donc à plus de 16 km d’une épicerie ou d’un supermarché auquel une personne doit avoir accès pour être en situation de sécurité alimentaire, fait valoir l’agente de développement à la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie (TIR-SHV), Ariane Lebel.

Selon une étude réalisée par l’UQAR pour la TIR-SHV et présentée par Ariane Lebel, les zones rurales et l’est du Bas-Saint-Laurent, notamment la Matanie, sont mal desservies par les producteurs, les transformateurs et les distributeurs alimentaires. Plusieurs zone peuvent être considérées comme des déserts alimentaires.

Les organisateurs du forum avaient aussi retenu des présentations de l’Observatoire québécois des inégalités, du Collectif pour un Québec sans pauvreté et de la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie de COSMOSS.

Deux représentantes du Collectif pour un Québec sans pauvreté ont fait état, entre autres, des réalités vécues par les personnes en situation de pauvreté ainsi que des conséquences et contraintes qui en découlent.

Des gens tiennent une corde dans le cadre d'un exercice éducatif.

Les représentantes du Collectif pour un Québec sans pauvreté ont présenté des activités interactives pour illustrer certaines situations vécues par les personnes en situation de pauvreté.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Le forum s’est terminé avec un après-midi de délibérations et de remue-méninges entre les participants pour repérer et développer des moyens d’agir durablement.

 Le but est de faire ressortir toutes les bonnes idées et pistes de solutions pour bâtir un nouveau plan d’action afin de contrer l’insécurité alimentaire et ensuite de tenter de voir comment on est capable de les réaliser avec nos leviers financiers, matériels et humains , précise Vanessa Caron. 

« L’expérience du forum n’est qu’un premier pas. Il y a encore beaucoup de travail à faire. »

— Une citation de  Vanessa Caron, directrice au développement territorial à la MRC de la Matanie 

L'événement était organisé par la MRC de la Matanie, le CISSS du Bas-Saint-Laurent, la Corporation du développement communautaire de la région de Matane et COSMOSS de La Matanie.

Le bilan de cette rencontre sera partagé dans les prochains jours par le comité organisateur. Ce dernier n’exclut pas la possibilité de répéter la formule du forum pour d’autres aspects qui touchent le projet global de La Matanie nourricière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...