•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC enquête sur une arnaque lors de la vente d’un chiot au Manitoba

Un chien court avec une balle dans la bouche.

En pleine période du magasinage des Fêtes, la GRC du Manitoba rappelle au public qu'il faut faire preuve de prudence et être conscient du risque de fraude lié aux achats sur des diverses plateformes de marché en ligne.(archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Une femme de New Bothwell, dans le sud-est du Manitoba, a été escroquée alors qu’elle tentait d’acheter un chiot en vente sur les réseaux sociaux. Les vendeurs lui ont réclamé un acompte, mais elle n’a jamais vu un poil de l’animal.

Dans un communiqué publié mardi, la GRC de Saint‑Pierre‑Jolys dit qu'elle a reçu la plainte le 28 octobre. La victime a déclaré avoir trouvé, le 22 octobre dernier, une publication sur les réseaux sociaux annonçant la vente d'un chiot qui, selon l'annonce, se trouvait à Altona, dans le sud de la province.

Ce chiot avait besoin d'une nouvelle demeure puisque les propriétaires étaient incapables de lui offrir la qualité de vie qu'il méritait, peut-on lire dans le communiqué.

La GRC ajoute que la victime a communiqué avec le vendeur par l'intermédiaire des médias sociaux et a amorcé une conversation dans l'espoir d'acquérir le chiot.

Le communiqué mentionne qu’au cours des jours suivants, la victime a reçu des photos et des vidéos d'un chiot, et une entente a été conclue au sujet d'un prix.

La victime a par la suite accepté de verser un dépôt par virement électronique et de payer le solde dû en personne lors de sa rencontre avec le vendeur.

Le jour de l'échange, la victime s'est rendue à l'endroit convenu pour y rencontrer le vendeur, et elle a reçu un message par texto selon lequel l'épouse du vendeur voulait le paiement intégral avant l'échange, précise le communiqué.

La victime a alors effectué un autre virement électronique et elle n'a pas eu de nouvelles du vendeur après ce virement, selon le communiqué de la GRC.

L'enquête de la GRC a permis de conclure que le profil du vendeur avait été créé récemment et que cette personne a peut-être réussi à frauder deux autres victimes de la même manière à Winnipeg.

Le détachement de la GRC de Saint‑Pierre‑Jolys poursuit son enquête.

La GRC rappelle aux Manitobains qu’ils devraient uniquement accepter des rencontres dans un lieu public, et effectuer le paiement lors de la rencontre avec le vendeur, afin d'avoir l'occasion d'examiner l'article avant de le payer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...