•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jeu Pong célèbre ses 50 ans

Trois hommes posent autour d'une machine sur laquelle il est écrit « Pong ». Les habits et les couleurs sont des années 70.

Les créateurs de «Pong», Ted Dabney, Nolan Bushnell et Al Alcorn

Photo : Archives - Radio-Canada

Radio-Canada

Tic, toc, tic, toc… Ce fameux bruit de balle virtuelle de tennis de table qui traverse l’écran d’une barre latérale mobile à l’autre : voilà 50 ans qu’on peut l’entendre avec le jeu Pong, commercialisé par Atari le 29 novembre 1972.

Le jeu, qui se veut une version 2D vue d’en haut du ping-pong, a été imaginé par l’Américain Nolan Bushnell, cofondateur d’Atari, et développé par Allan Alcorn, un ingénieur informatique âgé de 24 ans à l’époque. Bien qu’il ne s’agisse pas du premier jeu vidéo à avoir été mis en marché, Pong représente le premier vaste succès commercial de l’industrie naissante.

Dans les années 70, Atari avait déjà lancé le jeu d’arcade Computer Space, qui n’a pas connu le succès espéré. Bushnell a par la suite demandé à Allan Alcorn de créer le jeu le plus simple possible, même s'il n’avait à l’époque aucune expérience en la matière.

Mission accomplie : le jeune ingénieur s’est procuré un téléviseur Hitachi assorti d’un meuble, a installé des câbles faisant fonctionner le jeu, ajouté des effets sonores sur l’appareil, créant ainsi un système révolutionnaire tout-en-un, ne nécessitant pas d’ordinateur externe.

Nolan Bushnell y a fait ajouter un système de paiement et l’a installé pour des tests à la Andy Capp’s Tavern, en Californie. Le succès a été instantané, notamment en raison de sa grande simplicité, d’après ses créateurs.

Un téléviseur attaché à un boîtier, avec un dispositif de monnaie.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le prototype du jeu «Pong» d'Allan Alcorn.

Photo : Computer History Museum

Le jeu d’arcade a donc fait ses débuts dans les bars, et il représentait une véritable mine d’or pour ses propriétaires : chaque borne pouvait rapporter 40 $ US (54 $ CA) par soirée (l’équivalent de 385 $ CA en 2022), selon le duo, qui s’est entretenu avec le journal britannique The Guardian.

De la borne d’arcade à la console de jeu

Après avoir fait la tournée des bars, le jeu d’Atari a été lancé en 1975 sur un dispositif plus compact du nom de Home Pong, une console à un seul jeu que l’on pouvait connecter au téléviseur de la maison.

Les déclinaisons de Pong ont été multiples, allant de Snoopy Pong (devenu Puppy Pong pour des raisons de propriété intellectuelle) à Quadrapong, permettant de jouer à quatre personnes. Même des salles d’attente de cabinets de médecine avaient leur propre version du jeu, cette fois-ci gratuite.

Plus récemment, le développeur britannique Chequered Ink a lancé Pong Quest, un jeu de rôle (role playing game, ou RPG, en anglais) de Pong, dans lequel les joueurs et joueuses manœuvrent une raquette anthropomorphique.

Encore pertinent aujourd’hui

Le jeu Pong fait encore des vagues de nos jours. En 2021, l’entreprise Neuralink, avec Elon Musk à sa tête, est parvenue à entraîner un singe à jouer à ce jeu… sans ses mains! En effet, il pouvait contrôler la balle virtuelle à l’aide d’un implant cérébral, la spécialité de l’entreprise.

Cet automne, la jeune pousse australienne Cortical Labs a réussi un exploit similaire : conditionner des cellules cérébrales cultivées en laboratoire à jouer à Pong à l’aide de sa puce informatique biologique DishBrain.

Le cofondateur d’Atari, Nolan Bushnell, a aussi créé, avec l’aide de l’artiste Zai Ortiz, un ensemble de jetons non fongible (JNF, ou non-fungible token, NFT, en anglais) représentant les cabinets originaux de Pong, appelé Arcade OG Series.

Avec les informations de Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...