•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau de désespoir à Winnipeg, « du jamais vu », selon Centraide Winnipeg

Connie Walker, la présidente de l'organisme Centraide Winnipeg.

L'organisme Centraide Winnipeg travaille avec plus de 125 agences partenaires dans toute la ville. Sa présidente, Connie Walker, qualifie ce réseau d'agences de « couverture de sécurité, aidant beaucoup de personnes chaque jour ».

Photo : United Way Winnipeg

Radio-Canada

La présidente et directrice générale de Centraide Winnipeg, Connie Walker, affirme qu'elle n'a jamais vu un tel niveau de désespoir dans la ville.

Connie Walker travaille pour Centraide Winnipeg depuis 2008. Elle est devenue présidente et directrice générale de l'organisme en 2014.

Au cours des dernières semaines, une moyenne d'environ 400 personnes de toute la province ont appelé la ligne d'aide du Manitoba 211, s'inquiétant de la façon dont elles vont payer leur loyer ou acheter de la nourriture, ou cherchant des soutiens en matière de santé mentale, comme l'explique Connie Walker.

Un appel récent a retenu l'attention de cette dernière Il s'agissait d'un employé d'une entreprise d'entreposage, qui a découvert une personne habitant dans l'un des espaces parce qu'elle n'était plus en mesure de payer le loyer chez elle.

Nos opérateurs de la ligne 211 ont été en mesure de proposer des idées très intéressantes sur la manière d'aider cette personne, raconte Connie Walker.

Cela témoigne du désespoir. Et c'est ce que nous disent toutes nos agences partenaires, qui voient énormément de personnes demander de l'aide, incapables de payer leurs factures et leur loyer, ajoute Connie Walker.

Pour les organismes de bienfaisance, la difficulté croissante à trouver des bénévoles ne fait qu'ajouter un défi supplémentaire.

C'est une situation catastrophique. Nous avons tellement de besoins dans la communauté à cause de l'inflation, à cause de l'impact de la pandémie, et en même temps, les gens ne font pas autant de bénévolat, et il y a un ralentissement des dons, car les gens qui aimeraient donner ne sont plus en mesure de le faire, précise Connie Walker.

Connie Walker ajoute que même un petit montant peut avoir un grand impact.

Le service téléphonique 211, lancé il y a deux ans et dirigé par l’organisme Centraide, met les gens en contact avec des services de santé mentale, des aides financières ou des banques alimentaires. Le service est offert dans plus de 150 langues.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...