•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de Claude Houde : la procureure se retire après des propos malveillants

Une enseigne en béton.

Le procès se déroule à la base de Bagotville.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Radio-Canada

La procureure de la Couronne qui a fait l'objet de propos malveillants de la part de l'accusé, Claude Houde, la semaine dernière devant la Cour martiale à Bagotville s'est finalement retirée du dossier pour des raisons de sécurité.

Le procureur David G. Moffat prendra le relais d’Élisabeth Baby-Cormier dans ce procès qui compte 30 journées d'audiences. Il travaillera de concert avec l’autre procureure au dossier, la majore Amy Dhillon.

Selon ce qu’il avait été possible d’apprendre, Claude Houde avait lancé à haute voix : J'espère que ça va mal aller avec son enfant, à l’égard de l'avocate, qui est enceinte, pendant le contre-interrogatoire de la conjointe de l'accusé.

Ce dernier s'était excusé pour ses propos, mais la procureure a préféré se retirer.

Un militaire sourit dans une salle.

Le procureur David Moffat lors de sa nomination au Service canadien des poursuites militaires, en 2020.

Photo : Tirée du compte Twitter du Service canadien des poursuites militaires

Un verdict en février ou mars

Le juge Louis-Vincent d'Auteuil a d'autre part avisé les deux parties qu'il deviendra difficile de livrer son verdict avant les mois de février ou mars en raison du nouveau calendrier de procédure. Le procès devait initialement se terminer la semaine dernière pour une décision avant la période de Noël. Ce n’est qu’en janvier que Claude Houde devrait témoigner.

Après avoir été reconnu coupable dans un premier dossier d'agression sexuelle, Claude Houde subit un second procès de même nature à l'égard d'une autre militaire des Forces armées canadiennes. Il devrait connaître bientôt sa sentence dans ce dossier.

Avec les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...