•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antonine Maillet livre ses « pensées flottantes » à André Robitaille

« On a bloqué la rue. On a mis deux fauteuils et on a jasé en prenant un verre de champagne », raconte André Robitaille.

André Robitaille et Antonine Maillet, verre de champagne à la main.

À 93 ans, Antonine Maillet se livre avec convivialité à l'animateur André Robitaille.

Photo : Radio-Canada

À 93 ans, l'écrivaine acadienne Antonine Maillet se livre et fait part de ses souvenirs lors d'un entretien empreint d'authenticité avec l'animateur André Robitaille. Antonine Maillet : mes pensées flottantes, qui a été présenté le 29 novembre sur les ondes d'ICI TÉLÉ.

Dans ce chaleureux entretien, plusieurs thèmes sont abordés, dont la popularité, la langue, le féminisme, l’audace, l’exil, les critiques, l’amour, la solitude, l’inspiration, l’enfance, les regrets et les adieux.

Elle se confie notamment sur la mort de sa sœur et sur son plus grand amour.

Selon André Robitaille, Antonine Maillet était très ouverte et très disponible tout le long de l’entretien.

Antonine avait envie d’aller plus loin cette fois-ci, avance-t-il. Dès le début de l’entrevue aussi je lui ai dit, j’ai un respect indéniable face à l’écrivaine, mais je suis attiré par la femme. […] Cette battante-là, celle qui a défriché, celle qui est devant bien des gens, celle qui a encore l’Acadie dans le cœur, dit-il.

« C’est une madame vraiment exceptionnelle. Ça sécurise de vieillir en voyant des gens comme cela. »

— Une citation de  André Robitaille, animateur et comédien

André Robitaille raconte qu’avant l’entretien, les deux ne s’étaient rencontrées que deux fois, brièvement, mais une complicité s’est vite installée.

C’était un coup de foudre. On a eu un gros clic. L’espièglerie, l’humour, l’œil allumé, dit-il. Ça a été un rendez-vous réussi. Ça donne quelque chose d’original […], car on apprend à se connaître devant la caméra.

Un tournage en trois temps

Le tournage de Antonine Maillet : mes pensées flottantes a commencé en août.

D’une durée de 43 minutes, le montage final de l’émission a été effectué à partir de trois rencontres filmées de 90 minutes entre Antonine Maillet et André Robitaille.

Elle est assise sur un fauteuil dans la rue.

Écrivaine prolifique, Antonine Maillet a créé quelque 2000 personnages qui évoluent dans plus de 50 ouvrages littéraires qui ont fait sa renommée dans la Francophonie. Elle a notamment créé les personnages de la Sagouine et de Pélagie. Elle a remporté le prix Goncourt en 1979 pour son roman Pélagie-la-Charette.

Photo : Karljessy

Une partie du tournage devait initialement avoir lieu à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, lieu de naissance de l'écrivaine et village où le parc touristique du Pays de la Sagouine a été créé, en 1992.

Comme Antonine Maillet venait tout juste d’y revenir d’un voyage et était trop fatiguée pour refaire le trajet, la rencontre a finalement été tournée à l’extrémité de l’île de Montréal, près de l'eau, pour recréer l’ambiance maritime.

Un tournage a aussi eu lieu au milieu de l’avenue Antonine Maillet, à Outremont, dans le cœur de Montréal, où elle a vécu 40 ans.

On a bloqué la rue. On a mis deux fauteuils et on a jasé en prenant un verre de champagne, raconte André Robitaille.

Pour terminer, un entretien a aussi eu lieu dans la demeure d’Antonine Maillet.

André Robitaille y est d’ailleurs retourné plus tard pour écouter avec elle le montage final d’Antonine Maillet : mes pensées flottantes.

Il affirme qu’elle a été émue lorsqu’elle a vu l’émission. Elle lui a ensuite lu à voix haute une partie de son prochain roman, intitulé Les pensées flottantes.

J’ai volé le titre [pour l’émission], je trouvais cela trop beau, dit André Robitaille, amicalement. Elle a dit d’accord, on va prendre ce titre-là.

Un œuvre au Pays de la Sagouine

Une mosaïque d'Antonine Maillet.

La mosaïque d'Antonine Maillet réalisée par l'artiste-mosaïste autodidacte Adeline Benhammouda.

Photo : Radio-Canada

Lors de l’émission, on voit par moment des mains casser des cailloux, pour finalement créer une immense mosaïque.

L’œuvre – un portrait d’Antonine Maillet – est de l’artiste-mosaïste autodidacte Adeline Benhammouda et sera en exposition permanente au Pays de la Sagouine, à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de Marie Andrée Leblond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...