•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marathon soccer de AJ Jakubec au Qatar

Un partisan de soccer prend une photo devant le terrain.

AJ Jakubec avant le match entre la Pologne et le Mexique.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

Un véritable tour du monde sportif, c’est ce que AJ Jakubec s’offre ces jours-ci, au Qatar. Le journaliste sportif de TSN 1200, à Ottawa, effectue un marathon de matchs comme simple partisan à la Coupe du monde de soccer.

Alors qu’il n’avait jamais eu la chance de voir un match du Mondial en personne auparavant, il a déjà assisté à plus de 20 rencontres et compte en voir un total de 30, d’ici son retour au pays. En tout, 64 rencontres sont à l'horaire dans ce tournoi.

Ce voyage était sur ma bucket list. Je m’étais toujours dit que si le Canada se qualifiait pour la Coupe du monde, j'assisterais au tournoi. Je pousse l’expérience encore plus loin, rigole Jakubec, qui aura vu les 32 pays qui prennent part à l’événement dans les prochains jours.

Des partisans de soccer prennent une photo avec le drapeau du Canada.

Des milliers de partisans du Canada ont fait le voyage jusqu'au Qatar pour suivre la première participation du pays dans le tournoi en 36 ans.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

L’homme de 47 ans a vu des couleurs de partout sur la planète, ces derniers jours. Il s’est fait des amis d’Amérique latine, d’Asie, d’Afrique et évidemment du Moyen-Orient. Il est encore impressionné par la fraternité qu’on retrouve à la Coupe du monde.

Tout le monde est très amical. J’ai rencontré des personnes de pays qui n’ont pas toujours une très bonne relation avec le Canada et ils étaient fantastiques. C’est super de croiser du monde de l’Iran, de l’Arabie Saoudite, de la Zambie ou du Nigeria par exemple, dit Jakubec, satisfait de voir le Canada au tournoi pour la première fois en 36 ans. C’est vraiment cool de voir que le Canada commence à gagner le respect du monde en soccer.

Deux partisans de soccer prennent une photo dans un stade avec le drapeau du Sénégal.

AJ Jakubec avec un partisan sénégalais avant le match contre les Pays-Bas.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

« J’ai été tellement chanceux dans mon métier. J’ai couvert les finales de la Coupe Stanley, du Championnat du monde, de la Coupe Grey ou même le Super Bowl. Mais c’est un événement mondial, c’est fantastique. Tout le monde est différent et a sa propre dynamique. »

— Une citation de  AJ Jakubec, journaliste sportif et partisan de soccer

Mais pourquoi vivre cette expérience dans les gradins, alors que son métier aurait pu l’amener à vivre cette frénésie dans le cadre de son travail? Je n’aurais certainement pas dit non pour décrire les matchs du Canada ici, mais il n’y a pas meilleur endroit pour vivre l’événement que dans les gradins, s’enflamme le journaliste affecté, entre autres, à la description des matchs de l’Atlético Ottawa.

Des partisans de soccer prennent une photo dans un stade.

AJ Jakubec (au centre) avec un ami et un partisan japonais pendant le match contre l'Allemagne.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

Son meilleur moment jusqu’ici reste d’ailleurs le but d’Alphonso Davies à la deuxième minute de jeu dans une défaite de 4-1 contre la Croatie, dimanche matin.

C’était le premier but de l’histoire pour les hommes à la Coupe du monde. C’était la frénésie chez les partisans canadiens! J’ai encore mal aux jambes d’avoir tellement sauté. La diffusion des matchs n’a pas rendu justice à l’ambiance qui régnait dans le stade. C'est juste dommage que ce soit arrivé dans une défaite, se désole Jakubec, heureux de voir des milliers de partisans du pays, au Qatar.

Des partisans de soccer tiennent un drapeau du Canada avant un match.

AJ Jakubec, avec des amis, tient le drapeau du Canada avant le match contre la Croatie.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

Une journée exténuante

Jakubec a poussé son projet encore plus loin en début de tournoi. Il a assisté à quatre rencontres, dans la même journée, au troisième jour de compétition. Une aventure rendue possible grâce à la petite taille de l’État qui accueille le tournoi.

Quand j’ai eu mes billets pour le match de l’Argentine contre l’Arabie Saoudite, je me suis dit que c’était possible de le faire, raconte le passionné qui était dans les stades pour les duels entre le Mexique et la Pologne, la France et l’Australie, de même que pour celui entre le Danemark et la Tunisie.

Deux partisans de soccer prennent la pose pour la caméra dans un stade.

AJ Jakubec et un partisan de l'Arabie Saoudite pendant le match contre l'Argentine.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

Je n’ai manqué qu’une quinzaine de minutes de ce match, parce que j’ai voulu profiter jusqu’au bout de la surprise créée par l’Arabie Saoudite [qui a vaincu l’Argentine 2-1], explique Jakubec, surpris lui-même d’avoir réussi l’exploit.

Les stands de taxis et Uber sont loin ici, alors j’ai beaucoup couru pour réussir à voir tous ces matchs. J’étais complètement épuisé, se souvient Jakubec qui a vécu toutes les expériences, du match nul de 0-0 un peu ennuyant, à une avalanche de buts de 3-3 entre le Cameroun et la Serbie, en passant par une rencontre de la Pologne, lui qui a des origines polonaises et ukrainiennes.

Sortez votre portefeuille

L’expérience que vit actuellement AJ Jakubec au Qatar n’est pas à la portée de toutes les bourses, toutefois. On évaluait, avant la Coupe du monde, qu’il en coûterait en moyenne autour de 3000 $ pour un Canadien qui se rendrait voir un seul match. Imaginez 30 rencontres!

C’est beaucoup trop cher, blague Jakubec, qui refuse de dévoiler son budget. J’ai coupé mes comptes Netflix, Apple TV et DAZN [rires]. C’est beaucoup d’argent, mais ce n’est pas comme si je pouvais revivre ce genre d’expérience, rigole-t-il pour défendre son projet.

Des partisans de soccer montrent leurs couleurs avant un match de la Coupe du monde.

Les partisans du Canada sont nombreux au Qatar pour la Coupe du monde de soccer.

Photo : Gracieuseté de AJ Jakubec

Jakubec connaît sa chance et apprécie chaque moment à cette Coupe du monde. C’est très cher, mais je vais quand même être capable d’acheter des cadeaux de Noël à mon retour. J’ai toujours mis l’accent sur les expériences avant les voitures, les vêtements ou d’autres achats du genre. Je n’ai aucun regret, ça vaut vraiment le coup, affirme sans détour le fanatique, joint devant le stade Khalifa, où il s'apprêtait à voir Sénégal-Équateur.

Je vais retourner à la Coupe du monde dans le futur, mais je verrai moins de matchs et je serai avec ma copine cette fois, résume le marathonien du soccer. Un partisan de l'Afrique du Sud avait assisté à 31 matchs en 2010 et détient le record du monde. Un Saskatchewanais tente toutefois de voir 41 rencontres cette année pour établir un nouveau record.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...