•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral double son financement pour la salle intermédiaire, mais il manque encore 2 M$

Croquis de la future salle intermédiaire de Sherbrooke.

Le financement pour la salle de spectacles de 300 places doit être terminé d'ici le 3 décembre.

Photo : Photo fournie

Radio-Canada

Le fédéral rehausse sa contribution pour permettre la construction de la salle intermédiaire jeunesse au centre-ville de Sherbrooke. Cependant, si Sherbrooke espérait obtenir 7,2 millions de dollars pour boucler le montage financier, ce sont plutôt 5,4 millions de dollars qu'Ottawa a accepté d'allonger.

La députée fédérale de Sherbrooke, Élisabeth Brière, a confirmé qu'Ottawa a accepté de doubler son financement, mais qu'elle n'a pas pu obtenir tous les fonds demandés.

Je n'étais pas la seule en file pour demander des fonds supplémentaires. Il y a beaucoup de projets au Québec qui sont en dépassement de coût. J'ai été capable d'aller chercher cet argent-là [parce qu'il] y a des projets qui sont sur la glace en raison des dépassements de coût trop importants, et ils ne vont pas de l'avant. Cela a libéré un peu d'argent et c'est en allant discuter et harceler Pablo Rodriguez [ministre du Patrimoine canadien] qu'on a été capable d'aller chercher ce montant-là, explique-t-elle.

Québec doit contribuer davantage, soutient Élisabeth Brière

Malgré des contributions plus généreuses de la Ville, il manque toutefois toujours 1,8 million de dollars pour permettre la réalisation du projet, qui est passé de 8 millions de dollars à plus de 21 millions de dollars au fil des ans. Le financement doit être complet d'ici le 3 décembre prochain.

Nous, c'est le montant que l'on est capable de donner, souligne Élisabeth Brière. Maintenant, ce sont aux gens responsables du projet qui vont devoir prendre une décision ou trouver un partenaire, peut-être un partenaire privé, ajoute-t-elle.

Ottawa lance également la balle dans la cour de Québec, qui n'a toujours pas annoncé une contribution plus élevée. Le financement, qui devait représenter 50 % du montant total, équivaut présentement au tiers.

« Moi, j'ai été capable d'aller chercher un bon montant. On double. Québec ne double pas. »

— Une citation de  Élisabeth Brière, députée fédérale de Sherbrooke

Financement de la salle intermédiaire : Élisabeth Brière députée de Sherbrooke

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Par ici l'info

L'animateur de l'émission matinale Par ici l'info, Mathieu Beaumont.

La députée suggère également de faire appel au privé pour réussir à ficeler le montage financier.

Pas question cependant que la Ville de Sherbrooke mette davantage la main à la poche. Ce projet, c'était supposé être une contribution de 800 000 $ de la Ville de Sherbrooke. On est rendu à 6,2 millions de dollars, rappelle la mairesse Évelyne Beaudin. C'était le dernier geste financier dans ce dossier-là.

La mairesse avoue pour sa part qu'elle aurait aimé une réponse entière, positive, pour passer à l'étape suivante. Néanmoins, elle avoue qu'elle préfère une réponse partielle qu'une réponse négative.

On espère qu'on va réussir à trouver des solutions avant la date butoir du 3 décembre.[...] J'ai eu une discussion avec [le ministre de la Culture et des communications] Mathieu Lacombe ce matin. Ça c'est bien passé, j'ai bon espoir, mais je ne peux rien garantir et je ne veux pas créer de fausses attentes dans la population.

« Mais si on n'a pas adjugé le contrat le 3 décembre, cet appel d'offres tombe et il faut complètement retourner en appel d'offres. »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, mairesse de Sherbrooke

Côté scène ne baisse pas les bras

Pour l'organisme Côté Scène, la nouvelle n'est pas celle attendue, mais sa directrice générale, Lilie Bergeron, ne baisse pas les bras pour autant. Je suis encore mi-figue mi-raisin, mais je suis en mode solutions. Ça fait des années que je me bats pour ce projet-là, pour le milieu.

Lilie Bergeron précise que la mission même de Côté Scène, qui développe la diffusion des spectacles jeunesse, est en jeu si le projet ne va pas de l'avant.

C'est difficile à financer un projet de la culture en temps normal, il faut imaginer en temps de pandémie. Et là, on est à 90 % du financement. Si ce projet-là tombe, ça envoie un drôle de signal à toute la culture. [...] Il ne faut pas laisser tomber les familles, les artistes, la culture. Le problème, c'est le délai. Je crois qu'il faut aller de l'avant et poursuivre le financement. Effectivement, aller voir au provincial. Je ne crois pas que le provincial va laisser tomber ce projet-là, on n'a pas le droit de lâcher ça, assure Lilie Bergeron.

« On est à un deadline. Je crois que le provincial, à 1,8 million de dollars, va venir nous aider. On est rendu à bon port.  »

— Une citation de  Lilie Bergeron, directrice générale de Côté Scène

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...